Politique

Achille Mbembe : « Le temps est venu de penser l’Afrique comme un tout »

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 4 octobre 2021 à 11:08

Achille Mbembe à Johannesburg, le 04 août 2020. © Marc schoul pour JA.

Après avoir mené une série de dialogues à travers le continent, le philosophe vient de remettre son rapport à Emmanuel Macron. Il livre la primeur de ses conclusions à « Jeune Afrique ».

Chargé par Emmanuel Macron de rédiger le rapport qui servira à alimenter les échanges du 8 octobre, lors du sommet de Montpellier, Achille Mbembe a sillonné le continent pendant sept mois pour ouvrir le dialogue avec de nombreux intervenants africains. Il vient de remettre ses conclusions, très attendues, au chef de l’État français.

Jeune Afrique : Quels sentiments vous animent au sortir de cette mission ? 

Achille Mbembe : C’était un exercice délicat. J’ai le sentiment d’avoir été honnête et d’être resté lucide. Honnête vis-à-vis de moi-même, vis-à-vis de l’Afrique, mais aussi vis-à-vis d’Emmanuel Macron qui, en m’impliquant dans cet exercice, faisait preuve d’une certaine audace, mais prenait aussi un risque. Je me suis efforcé de rester lucide au regard de la complexité des enjeux, de l’ampleur des obstacles de part et d’autre. Et surtout, je n’ai jamais perdu de vue les immenses possibilités de transformation. Elles existent, pourvu que l’on sache s’y prendre.

J’ai travaillé dans des conditions de totale liberté, de respect mutuel et de transparence