Politique

Guinée : Mamadi Doumbouya, un colosse aux pieds d’argile ?

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 5 octobre 2021 à 12:00

Au centre, le lieutenant-colonel Mamadi Doumbouya entre dans le palais du Peuple avant la première session de pourparlers, à Conakry, le 14 septembre 2021. © JOHN WESSELS/AFP

Le 5 septembre 2021, le chef des forces spéciales du pays renversait le président Alpha Condé. Populaire mais peu connu, il fait de grandes promesses, au risque de décevoir. « Jeune Afrique » dresse le portrait du nouveau maître de Conakry.

Très rapidement, les rues de Conakry ont retrouvé leur agitation habituelle. Seules des affiches géantes rappellent aux passants que le pays vient de vivre le troisième coup d’État de son histoire. À côté du drapeau rouge, jaune et vert guinéen, on y voit Mamadi Doumbouya lunettes noires, béret rouge. C’est le jeune quadragénaire qui a pris le pouvoir le 5 septembre. Le lieutenant-colonel a interdit « toute manifestation de soutien » à son égard mais s’est permis cette coquetterie.

Depuis deux semaines, le pays est suspendu aux décisions de cet ancien légionnaire promu commandant de l’unité d’élite des forces spéciales. Après avoir fait chuter Alpha Condé de son troisième mandat contesté, comment Mamadi Doumbouya compte-t-il diriger le pays ?

Premier accroc