Économie

Éric Diamantis, le continent comme un aimant

Après avoir fait les beaux jours de Watson Farley & Williams jusqu’en 2014 puis de Clyde and co. jusqu’à la fin de 2020, Éric Diamantis a ouvert son propre cabinet d’affaires, Diamantis & Partners, centré sur l’Afrique.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 23 septembre 2021 à 16:52

Éric Diamantis, Diamantis & Partners© DR © DR

Éric Diamantis, Jemal Taleb, Pierre Ferroud et Julien Barba ont quitté au début de 2021 le bureau français de Clyde & Co pour ouvrir, dans le VIIe arrondissement de Paris, leur propre cabinet d’affaires, Diamantis & Partners. Tous travaillent ensemble de longue date, ayant officié par le passé au sein de Watson Farley & Williams, qu’ils ont quitté en 2014.

Une expertise de plus de vingt-cinq ans

Ce nouveau cabinet, qui a sollicité en tant que conseiller principal l’ancien ministre français Éric Besson, président de Sicpa au Maroc, intervient dans les secteurs pétrolier, gazier et minier, ainsi que dans le domaine des énergies renouvelables, des infrastructures, de l’arbitrage et des fusions-acquisitions. Il envisage l’ouverture de bureaux à Kinshasa, Dubaï, Abidjan et Nouakchott.

Il est le conseil de l’État mauritanien auprès de Mohamed Ould Ghazouani

Éric Diamantis intervient depuis près de vingt-cinq ans sur le continent, où il a accompagné, entre autres, Petronas, Total et Alstom. Il a également conseillé les gouvernements togolais, guinéen et camerounais dans différents litiges.

Il est en outre le conseil de l’État mauritanien, aux côtés de son confrère franco-mauritanien Jemal Taleb, auprès de l’actuel président, Mohamed Ould Ghazouani. Le duo Diamantis-Jemal, qui a commencé à collaborer chez Armfelt et Associés en 2007, a également représenté l’ex-chef de l’État Mohamed Ould Abdelaziz (affaires Noël Mamère et Mohamed Ould Bouamatou, BB Energy, Bumi…).