Politique

Maroc – Rita Zniber : « Le jour où j’ai repris le flambeau de Diana Holding »

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 27 septembre 2021 à 15:10

Portrait de Madame Rita Maria Zniber, PDG de Diana Holding.©DR © Portrait de Madame Rita Maria Zniber, PDG de Diana Holding. ©DR

À la mort de Brahim Zniber, la PDG de Diana Holding a réalisé l’ampleur de la tâche qui l’attendait : poursuivre l’œuvre de son mari à la tête d’un poids lourd de l’industrie agro-alimentaire marocaine. Elle raconte ce moment marquant, entre douleur et doutes.

Le départ d’un patriarche est toujours synonyme d’un vide sidéral… Celui de mon époux, parti le 30 septembre 2016 à l’aube, après seulement quatre journées d’hospitalisation, est un choc par sa soudaineté. Un vendredi, un jour synonyme de recueillement et de partage. Faut-il y voir un ultime message de mon défunt mari Brahim Zniber, qui s’est éteint ce jour-là au petit matin ? Je veux le croire, tant cet homme était attaché à ses racines et à son clan familial.

Gérer les funérailles du chef de famille est toujours une épreuve pour ses proches. Cela devient une affaire autrement plus complexe lorsque le défunt est à la tête d’un groupe agro-industriel comptant près de 8000 collaborateurs, qu’il a façonné et sur lequel il a imprimé sa marque depuis plus de cinquante ans.

Inclassable et discret

Certains membres du groupe, proches de la retraite et ayant commencé leur carrière à ses côtés à peine sortis de l’adolescence, se sentent eux aussi orphelins. Je n’oublie pas l’oraison funèbre déclamée avec passion par un parlementaire, secrétaire général local de l’un de nos syndicats nationaux. Mon cœur tremble encore de cet élan spontané, de ce vibrant hommage rendu aux pieds de la dernière demeure du défunt.

Brahim Zniber est entré dans le monde de l’entreprenariat marocain presque par effraction