Politique

Afrique du Sud : Cyril Ramaphosa et Jacob Zuma, une si fraîche camaraderie

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 27 septembre 2021 à 11:54

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa et son prédécesseur, Jacob Zuma. © Montage : JA

Le 17 septembre, la justice sud-africaine a confirmé la condamnation de Jacob Zuma à quinze mois de prison ferme. Un tournant dans le bras de fer qui l’oppose à son meilleur ennemi au sein de l’ANC, l’actuel chef de l’État.

Même les pires rivaux se donnent du « camarade ». C’est l’appellation d’usage entre militants du Congrès national africain (ANC), le parti au pouvoir en Afrique du Sud. C’est donc au « camarade Jacob Zuma » que Cyril Ramaphosa adresse ses vœux de « prompt rétablissement » au lendemain de la sortie de prison de l’ancien chef de l’État pour raisons médicales, le 5 septembre. Cordial et sobre, le président n’a jamais donné l’air de vouloir tirer profit des ennuis de son prédécesseur, malgré leur rivalité.

Condamné à quinze mois de réclusion pour ne pas avoir collaboré avec la commission anti-corruption, Jacob Zuma avait été incarcéré le 7 juillet. « Un triste jour dans l’histoire du mouvement », avait alors commenté Cyril Ramaphosa, en pensant à son parti.

L’incarcération de « JZ » est l’aboutissement d’un long bras de fer judiciaire et politique dans lequel Ramaphosa s’est personnellement investi. Lui et les cadres de l’ANC ont fait pression sur Zuma pour le convaincre de s’asseoir devant les juges. En vain. Zuma refuse de se soumettre à une commission qualifiée de « partiale ». Il voit dans cette instance – qu’il a lui-même créée – un instrument politique destiné à le discréditer.

Décennie perdue