Économie

Pétrole : Sonangol face à un trou de 4 milliards de dollars

Par
Mis à jour le 17 septembre 2021 à 18:23

Siège social de la Sonangol à Luanda © Wikimedia Commons

Baisse de la demande chinoise, surabondance mondiale de pétrole… En 2020, le géant pétrolier angolais a enregistré une perte colossale.

4,1 milliards de dollars : telle est la perte enregistrée par le géant pétrolier angolais Sonangol en 2020, alors que la pandémie de COVID-19 a réduit les ventes et que la société s’efforce d’alléger son importante dette par des ventes d’actifs, selon ses résultats annuels publiés jeudi 9 septembre.

Moteur de l’économie angolaise, la société est au cœur des efforts déployés par l’État pour sortir la population de la pauvreté et alléger l’énorme dette du pays envers la Chine et d’autres prêteurs.

Le passif total de Sonangol s’élevait à 26,8 milliards de dollars à la fin de 2020, en utilisant le taux de change moyen officiel pour l’année, tandis que les remboursements de la dette lui coûtaient à eux seuls deux milliards de dollars, selon les résultats annuels.

Deux nouveaux prêts bancaires

La société a contracté deux nouveaux prêts bancaires d’un montant total de 1,5 milliard de dollars en 2020, tandis qu’un autre de 850 millions de dollars a été convenu cette année, avec une option pour emprunter 450 millions de dollars supplémentaires.

Sonangol a déclaré que les dettes envers les compagnies pétrolières occidentales exploitant ses champs pétrolifères n’étaient pas reflétées dans ses résultats. Ces dettes pourraient s’élever à environ 1 milliard de dollars, ont déclaré des sources à l’agence de presse Reuters. La société pétrolière n’a pas souhaité commenter ce chiffre.

Pour le géant pétrolier angolais, la performance décevante en 2020 était « le résultat de la réduction drastique des revenus provenant des ventes de pétrole brut » en raison de la pandémie, bien que la production annuelle de pétrole angolais soit légèrement plus élevée qu’en 2019.

Elle a cité une surabondance mondiale de pétrole, les restrictions de voyage ayant martelé la demande, ainsi qu’une baisse des achats de son principal client, la Chine.

Aucun bénéfice de l’activité pétrolière en 2019

Même avant la pandémie, en 2019, Sonangol n’a enregistré aucun bénéfice de son activité pétrolière principale et seulement un modeste bénéfice global de 125 millions de dollars.

En juin dernier, la société a annoncé une vente de participations dans huit blocs pétroliers offshore phares pour aider à alléger la dette, mais aucune annonce d’acheteurs n’a été faite.

Sonangol n’a guère progressé dans la réalisation de ses plans de privatisation des aspects non essentiels de ses activités, qui ont abouti à la cotation d’une participation de 30 % dans la société elle-même. Elle a vendu sa branche commerciale déficitaire Puma Energy à Trafigura pour 600 millions de dollars cette année.

Par ailleurs, la place de Luanda bruisse d’échos faisant état d’un possible changement de patron de la compagnie, selon lesquelles l’actuel président du Conseil d’adminstration Sebastião Gaspard Martins serait remplacé par l’ambassadeur angolais en Turquie, José Patrício.

(Avec Reuters)