Économie

Logistique : Necotrans tient la corde à Brazzaville

Par
Mis à jour le 14 février 2014 à 15:50

Alors que les résultats de l’appel d’offres concernant le futur opérateur du port autonome de Brazzaville devraient être divulgués fin mars, un nouveau bras de fer Bolloré-Necotrans s’annonce en perspective.

Les résultats de l’appel d’offres portant sur le choix du futur opérateur du port fluvial de la capitale congolaise devraient être divulgués fin mars par les experts de la délégation générale des grands travaux (DGGT). Parmi les principaux soumissionnaires, les français Necotrans et Bolloré Africa Logistics (BAL) côtoient le singapourien Port of Singapore Authority (PSA), le danois APM Terminals(APMT), filiale de la compagnie maritime Maersk, et le hollandais Port of Amsterdam.

Lire aussi :

Bolloré et Necotrans en lice pour la gestion du terminal à conteneurs de Kribi
Bolloré : comment fait-il pour toujours l’emporter ?
Cameroun : Necotrans veut concurrencer Bolloré à Kribi

Rien n’est officiellement décidé, mais un observateur proche du dossier assure que « Necotrans tient la corde ». Les travaux de modernisation du port qui ont démarré en 2013 devraient être réceptionnés d’ici à deux ans, pour un coût total de 24 milliards de F CFA (36,5 millions d’euros), dont un quart apporté par l’Union européenne.

Infrastructures

Par ailleurs, le ministre chargé de l’aménagement du territoire, Jean-Jacques Bouya, a présenté le 3 février les grandes lignes du futur terminal minéralier attendu à Pointe Noire. Ce projet, d’un coût aujourd’hui estimé à 750 milliards F CFA (1,14 milliards d’euros), est prévu pour pouvoir traiter dans un premier temps plus de 40 millions de tonnes de minerai, essentiellement en provenance des futurs gisements de fer situés dans le nord du pays.

Aucun calendrier n’a été dévoilé, « faute d’avoir identifié les sources de financement », précise la DGGT, qui précise qu’il devrait s’agir d’un partenariat public-privé (PPP). Concernant le futur opérateur du terminal, la Chinese Road & Bridge Corporation (CRBC), qui a réalisé l’étude de faisabilité a déjà signifié « verbalement » son intérêt. « Bolloré a été contacté », affirme un responsable de la DGGT, qui attend toujours une réponse de l’opérateur français.