Culture

Africa 2020 : N’Golé Fall fait tomber les clichés sur le continent

Mis à jour le 16 novembre 2021 à 16:38

N’Goné Fall, diplômée de l’École spéciale d’architecture de Paris, a commencé par travailler comme assistante de rédaction au sein de la prestigieuse « Revue noire ». © Bruno LEVY pour JA

Commissaire générale de la manifestation, la Sénégalaise a voulu montrer une Afrique pluridisciplinaire, comme elle.

L’heure du bilan approche pour la saison Africa 2020, voulue par le président Emmanuel Macron et décalée à cause de la pandémie de Covid-19. À la tête de cette saison, la commissaire générale N’Goné Fall va enfin pouvoir respirer et prendre le temps de mesurer jusqu’à quel point elle a pu « faire tomber les clichés » sur le continent, son objectif affiché.

Rôle difficile

Avant le lancement de la saison, elle confiait à Jeune Afrique avoir accepté ce rôle difficile pour une raison simple : « S’il faut changer le regard que les Français portent sur l’Afrique, il vaut mieux que ce soit les Africains qui s’en chargent. » Et en la matière, elle était sans doute la mieux placée pour prendre à bras le corps un projet où il n’y avait (presque) que des coups à recevoir.

Adepte d’une parole franche et directe, N’Goné Fall a souhaité qu’Africa 2020 soit plus qu’une saison culturelle

Née à Dakar en 1967, diplômée de l’École spéciale d’architecture de Paris, N’Goné Fall a commencé par travailler comme assistante de rédaction au sein de la prestigieuse Revue noire, avant de se spécialiser en ingénierie culturelle. Enseignante, commissaire d’exposition, essayiste, coordinatrice de l’Anthologie de la photographie africaine et de l’océan Indien, présidente du jury de la Biennale de Dakar en 2016, elle est aussi la cofondatrice, avec Sylviane Diop, de l’association Gaw, plateforme consacrée à la recherche et à la production dans le domaine de l’art numérique.

Adepte d’une parole franche et directe, N’Goné Fall a souhaité qu’Africa 2020 soit plus qu’une saison culturelle : elle en a fait « un projet panafricain et pluridisciplinaire, centré sur l’innovation dans les arts, les sciences, les technologies, l’entrepreneuriat, l’économie et l’éducation ». Face aux difficultés liées aux conditions sanitaires, la Sénégalaise semble déjà avoir en partie remporté son pari : labellisées ou non Africa 2020, de nombreuses initiatives ont permis, ces douze derniers mois, de mettre en avant sur l’ensemble du territoire français une image juste de l’Afrique dans toutes ses composantes.