L’emblématique rond-point de la Colombe-de-la-Paix, à Lomé.

Cet article est issu du dossier

Lomé, les possibilités d’une ville

Voir tout le sommaire
Économie

Togo : Patrick Eklu Amendah, l’archi-communicateur de Lomé

Réservé aux abonnés
Par - à Lomé
Mis à jour le 10 septembre 2021 à 12:18

Patrick Eklu Amendah, architecte-urbaniste, fondateur du cabinet Giga, à Lomé. © DR

Si c’est en tant que présentateur de télévision qu’il a accédé au statut de vedette, Patrick Eklu Amendah est d’abord architecte. Fondé il y a près de vingt ans, son cabinet Giga a réalisé de nombreux chantiers dans la capitale et compte bien poursuivre sur sa lancée.

Lorsqu’on évoque son nom, on pense au présentateur vedette des sommets internationaux, du concours de Miss Togo, etc. Pourtant, Patrick Eklu Amendah est avant tout architecte-urbaniste, fondateur du cabinet Giga, créé en 2002, année où il est sorti diplômé de l’EAMAU.

Passionné par la « com’ », il est alors parti en France pour suivre un master en communication des entreprises, publicité et média à l’Institut supérieur libre d’enseignement des relations publiques de Levallois. De retour à Lomé, il exerce ses deux activités, en consacrant « 60 % » de son emploi du temps à l’architecture.

Force de proposition

Aujourd’hui, Giga compte une dizaine de collaborateurs, dont deux architectes, et réalise un chiffre d’affaires annuel de quelque 200 millions de F CFA (305 000 euros).

Notre véritable défi reste de capter l’essentiel de la construction nationale

Parmi ses références dans la capitale togolaise : la résidence de fonction du président de la BOAD (un marché de 1 milliard de F CFA, remporté sur concours en 2010), le siège de la CIF-Vie Togo, ainsi que de nombreux programmes tertiaires et résidentiels, notamment de villas et appartements de la CNSS.

« Notre véritable défi reste de capter l’essentiel de la construction nationale, la loi nous donne ce pouvoir, mais la réalité est tout autre », souligne l’architecte. Pour décrocher des marchés, il y a deux solutions : répondre aux appels d’offres ou faire des propositions. Et, face à la faible sollicitation des architectes sur les projets nationaux, il anticipe. « Nous devons faire en sorte d’être à l’origine de certains projets, pour avoir plus de légitimité à les porter jusqu’à leur terme. »