L’emblématique rond-point de la Colombe-de-la-Paix, à Lomé. © Louis Vincent pour JA

Cet article est issu du dossier

Lomé, les possibilités d’une ville

Voir tout le sommaire
Économie

Togo : Charles Peyebinesso Limazie à la manœuvre pour la « Renaissance » de Lomé

Fondateur du florissant cabinet Idea, le président de l’Ordre national des architectes du Togo veut faire en sorte que les institutions, les entreprises et les particuliers fassent plus largement appel aux professionnels.

Réservé aux abonnés
Par - À Lomé
Mis à jour le 9 septembre 2021 à 19:06

Charles Peyebinesso Limazie, fondateur du cabinet Ingénierie développement espace architecture (Idea) et président de l’Ordre des architectes du Togo (Onat) depuis le 21 juillet 2021. © DR

C’est à lui que l’on doit le complexe de trois bâtiments de cinq étages qui, depuis 2017, abrite le nouveau siège de l’Office togolais des recettes (OTR), en face de l’ambassade des États-Unis, dans le quartier administratif de Lomé II  – un chantier de 9 milliards de F CFA (plus de 13,7 millions d’euros).

Il a aussi conçu le nouveau siège de la Société de gestion et d’intermédiation du Togo, situé à 100 mètres du précédent et livré en 2016, un bâtiment de cinq étages et quelque 2 milliards de F CFA.

À Lire L’architecte togolais Eya-Eza Kao voit grand en Afrique de l’Ouest

Président de l’Ordre national des architectes du Togo (Onat) depuis le 21 juillet, Charles Peyebinesso Limazie se qualifie de « vieux-jeune architecte-urbaniste ». À 44 ans, le fondateur du cabinet Ingénierie développement espace architecture (Idea), par ailleurs adjoint au maire de la commune d’Agoè-Nyivé 1 (dans le nord de la capitale), a un long CV et nombre de projets à son actif.

Un chiffre d’affaires de près de 700 000 euros

Après un Deug en mathématiques à l’université de Lomé et un diplôme de l’École africaine des métiers de l’architecture et de l’urbanisme (Eamau), promotion 2003, Charles Peyebinesso Limazie a intégré le Groupement d’architectes d’Afrique (G2A) au Cameroun, de 2004 à 2007, tout en commençant à décrocher quelques marchés en free-lance au Togo et en Centrafrique. De quoi créer son cabinet dès son retour à Lomé, en 2008.

Nous sommes dans une dynamique de proposition

Douze ans plus tard, Idea réalise un chiffre d’affaires moyen de 450 millions de F CFA par an et compte une dizaine d’architectes, six ingénieurs, ainsi qu’une vingtaine de techniciens supérieurs et de dessinateurs.

À Lire Togo : à Lomé, dolce vita balnéaire et branchitude cosmopolite

De ses premières années de carrière au sein de G2A, il a gardé un objectif : faire en sorte que les particuliers, les institutions, les entreprises fassent appel aux architectes et urbanistes. « Nous sommes dans une dynamique de proposition, prêts réfléchir avec les maîtres d’ouvrage pour apporter des solutions sur les projets », explique-t-il.

Des projets très variés

À Lomé, en groupement avec d’autres cabinets, Charles Peyebinesso Limazie pilote actuellement le chantier de la Résidence Renaissance, pour le compte de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) : situé entre la Cité Millénium, la Résidence du Bénin et Lomé II, ce programme de 90 milliards de F CFA comprend 594 logements (dont 394 villas et 200 appartements-hôtels), un centre commercial et des immeubles à usage tertiaire.

Parmi ses autres réalisations récentes : le nouveau marché de Kara, la métropole du nord du pays (4 milliards de F CFA), ainsi que des programmes résidentiels, tertiaires et commerciaux, notamment au Bénin, en Sierra Leone et en Côte d’Ivoire.