Société

Mali : pourquoi l’ancien secrétaire général de la présidence a-t-il été arrêté ?

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 10 septembre 2021 à 11:08

Des policiers maliens le 25 mai 2021 à Bamako, après l’arrestation du président et du chef du gouvernement.

Kalilou Doumbia a été rattrapé par les services de renseignements de la sécurité d’État.

Il est 16h ce 24 mai à Bamako, quand l’ORTM, la télévision nationale, annonce l’imminence d’un remaniement ministériel. Le programme en cours est vite interrompu pour laisser la place au Dr Kalilou Doumbia, le jeune secrétaire général de la présidence. Dans un costume gris, impeccablement taillé, et à côté d’un drapeau aux couleurs nationales, Kalilou Doumbia lit sans sourciller le décret présidentiel qui lui a été remis. En 3 minutes et 27 secondes, il dévoile le nouveau visage du deuxième gouvernement de la transition. Si beaucoup de ministres ont été reconduits, les noms des colonels Sadio Camara et Modibo Koné sont remplacés par des généraux.

La composition de ce gouvernement faisait certes l’objet d’un bras de fer entre le président Bah N’Daw et son vice-président d’alors devenu chef de la transition, Assimi Goïta. Mais le Dr Kalilou Doumbia pouvait-il prédire, à ce moment-là, que ce décret allait faire basculer la transition ?

Moins de trente minutes après sa lecture, des militaires de la garde nationale, un corps dirigé par Sadio Camara et Modibo Koné,  débarquent au palais présidentiel de Koulouba et arrêtent le président Bah N’Daw. Voilà le deuxième coup d’État en neuf mois.

Terré pendant plusieurs semaines