Politique

Cameroun : chez les Niat, la politique de père en fils 

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 09 septembre 2021 à 10h19
Éric Aimé Niat, fils du président du Sénat, Marcel Niat Njifenji.

Éric Aimé Niat, fils du président du Sénat, Marcel Niat Njifenji. © DR

Éric Niat, l’aîné du président du Sénat, vient de ravir la mairie de Bangangté. Comme son père il y a presque vingt ans. Rêve-t-il désormais d’une carrière similaire ?

Dans les allées de l’hôtel Hilton de Yaoundé où il a ses habitudes, Éric Niat ne passe pas inaperçu. Et cela ne tient pas seulement à l’imposante allure de cet amateur de basket… C’est que la nouvelle curiosité du monde politique camerounais porte un nom bien connu.

Jusqu’à son arrivée à la mairie de Bangangté en mars dernier, personne ne s’intéressait vraiment au fils du président du Sénat, Marcel Niat Njifenji. Mais depuis qu’il est parvenu à conquérir à l’arraché cette commune de l’Ouest, l’homme intrigue. Rêve-t-il de marcher dans les pas de son père, qui a lui aussi régné sur Bangangté (entre 2002 et 2007) ?

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 9,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer