Politique

Guinée : où et dans quelles conditions Alpha Condé est-il détenu ?

Jeune Afrique vous révèle en exclusivité l’endroit où les hommes de Mamadi Doumbouya ont retenu le président guinéen après l’avoir arrêté.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 5 octobre 2021 à 11:12

Alpha Condé, entouré des militaires des Forces spéciales qui ont procédé à son « arrestation », le dimanche 5 septembre 2021. © DR

Dans l’après-midi du 5 septembre, Alpha Condé, chemise ouverte, est installé à l’arrière d’un 4×4 blanc qui traverse Conakry. Le président guinéen vient d’être délogé du palais de Sékhoutoureya par les hommes du lieutenant-colonel Mamadi Doumbouya, à la tête du Comité national du rassemblement et du développement (CNRD). Depuis, sa trace a été perdue et il n’est plus réapparu en public.

À Lire Exclusif – Guinée : l’histoire secrète de la chute d’Alpha Condé, par François Soudan

Un lieu tenu secret

Selon nos informations, Alpha Condé a été conduit le même jour dans une antenne des forces spéciales installée à l’entrée de Kaloum, dans une aile du Palais du peuple, où il est toujours détenu. Attenante à l’esplanade d’une grande bâtisse qui abrite l’Assemblée nationale, ce détachement se trouve à seulement 5 minutes à pied du camp Samory Touré – où se trouve le ministère de la Défense – et à 1 km du palais présidentiel. Ce bâtiment en crépi, coiffé de tôles vertes, a été construit en à peine quelques mois peu avant l’élection présidentielle d’octobre 2020, dont Alpha Condé est sorti victorieux.

À Lire Guinée : qui est Mamadi Doumbouya, le lieutenant-colonel qui a renversé Alpha Condé ?

Alors que la base des forces spéciales se situe dans les locaux de l’école nationale de la gendarmerie de Kaleya, à côté de la ville de Forécariah – à une centaine de kilomètres de Conakry –, Mamadi Doumbouya avait en effet demandé au chef de l’État, à l’approche d’un scrutin qui s’annonçait tendu, de pouvoir installer un détachement des forces spéciales dans la capitale.

Malgré la méfiance de son entourage, dont son ministre de la Défense nationale, Mohamed Diané, Alpha Condé a accepté. Cet établissement est aujourd’hui le cœur du dispositif du CNRD. C’est d’ailleurs là que le nouvel homme fort du pays a convoqué tous les ministres, le 6 septembre, pour leur demander de remettre leurs passeports et leurs véhicules de fonctions.

Pas de démission

Coupé du monde extérieur et de ses nombreux téléphones – le président en possède au moins cinq –, Alpha Condé a pu consulter son médecin, le colonel Kaba, dès le lendemain du coup d’État. Ce 6 septembre, le président ivoirien Alassane Ouattara est aussi allé aux nouvelles de son homologue, s’entretenant longuement au téléphone avec Mamadi Doumbouya. La Cedeao est très attentive au traitement accordé au président guinéen, l’a-t-il averti.

À Lire Guinée : l’étrange cérémonie d’allégeance aux putschistes

Toujours selon nos informations, s’il n’a opposé aucune résistance lors de son arrestation, Alpha Condé refuse de signer sa démission. Par ailleurs, il ne souhaite pas manger la nourriture que lui proposent les putschistes. Il a demandé à ce que Jeremy, son cuisinier personnel d’origine togolaise, lui prépare ses repas faute de quoi, il ne s’alimente pas.