Économie

Idrissa Nassa – Coris Bank International : « Nous cherchons une opportunité en Afrique centrale »

Réservé aux abonnés
Par - à Ouagadougou
Mis à jour le 11 octobre 2021 à 12:55

Idrissa Nassa, après avoir œuvré un temps dans le domaine des vélos et des produits de consommation, a fait de Coris Bank la deuxième institution financière du Burkina Faso. © Coris Bank

Après avoir développé CBI dans les pays de l’Uemoa, le PCA s’apprête à lancer d’ici à la fin de l’année, une filiale en Guinée. Pour JA, il analyse les résultats de son groupe, revient sur l’évolution du secteur financier et dévoile ses futurs projets.

Moins de treize ans après sa création, Coris Bank International (CBI) est considéré par les financiers comme une success-story en Afrique de l’Ouest. Si le Burkina demeure encore son principal marché, avec 23 % de part de marché devant Bank of Africa (17 %) ou encore Ecobank (16,5 %), le groupe bancaire dirigé par son fondateur, Idrissa Nassa, a enregistré de bonnes performances dans ses filiales en Côte d’Ivoire, au Mali, au Togo, au Sénégal, au Bénin et au Niger pendant la pandémie.

Ainsi, son résultat net a atteint au 31 décembre 2020 63,2 milliards de F CFA (96,4 millions d’euros), au 31 décembre 2020, en hausse de 20,8 % sur un an. Dans le même temps, le total de bilan a bondi de 43,4 %, à 3 599,8 milliards de F CFA. Enfin, le produit net bancaire (PNB) s’élève à 152 milliards de F CFA, en hausse de 32 %. Le dynamisme commercial, la diversification des offres (avec un focus sur les produits digitaux) et la bonne maîtrise des risques expliquent cette tendance. À l’occasion de l’arrivée de Coris sur le marché guinéen, Idrissa Nassa, 56 ans, dresse le bilan de sa stratégie de développement alors que la situation sanitaire reste précaire.

JA3105_SpecialFinance_200Banques_1200x1200

Accédez à l’intégralité du Classement des 200 premières banques africaines en vous abonnant à Jeune Afrique Digital dès 1€ seulement.

Déjà abonné ? Consultez le classement en ligne ou sur l’application iOS  ou Android.

Jeune Afrique : CBI s’est implanté en Guinée-Conakry en 2021. Pourquoi avoir choisi ce pays pour votre première implantation hors de la zone Uemoa ?

Idrissa NASSA : Effectivement, CBI s’implante en Guinée-Conakry avec un lancement des activités prévu au quatrième trimestre. La Guinée est un pays à très fort potentiel, intimement lié à la zone Umoa avec un besoin réel d’investissement et de financement de son économie. Notre ambition est d’apporter notre contribution au développement du pays et ainsi d’accélérer le rapprochement de l’économie guinéenne avec celle des pays de la zone franc.