Entreprises & marchés

Tunisie : comment Kaïs Saïed a – pour le moment – relancé la production de phosphate

Réservé aux abonnés | | Par - à Tunis
Mis à jour le 07 septembre 2021 à 17h19
Kais Saïed, le 23 octobre 2019 lors de sa prestation de serment devant l’Assemblée.

Kais Saïed, le 23 octobre 2019 lors de sa prestation de serment devant l'Assemblée. © REUTERS/Zoubeir Souiss

En berne depuis 2011 à cause de blocages sociaux, la production de phosphate connaît un bond depuis le 25 juillet et le coup de force du président Kaïs Saïed. Mais le secteur demeure fragile.

« Notre carnet de commandes est rempli jusqu’à février. Avec la fluidification du transport routier et ferroviaire grâce à la fin des mouvements sociaux, la Compagnie de phosphate de Gafsa peut nous livrer en matière première en temps et en heure », se réjouit Abdelwaheb Ajroud, directeur général du Groupe chimique tunisien (GCT), entreprise publique de transformation du phosphate.

Le dirigeant table sur une augmentation de 20 % de l’activité en février. L’embellie annoncée contraste avec le mois de septembre 2020, qui avait vu la Tunisie, un temps cinquième producteur mondial de phosphate, devoir importer le minerai de son voisin algérien pour permettre au GCT de faire tourner ses usines.

Dans l’euphorie liée à la reprise en main du président, les lignes ferroviaires ont été libérées

Depuis 2011, les barrages pour empêcher les trains et les camions de transport et les blocages des sites d’extraction de la Compagnie de phosphate de Gafsa (CPG) se succèdent, au point que la Tunisie a dégringolé au douzième rang mondial. La population du gouvernorat de Gafsa, dans le sud du pays, a pris l’habitude de paralyser la principale entreprise de la région pour se faire entendre des autorités et exiger des emplois. Le taux de pauvreté y est de 18 %, contre 15 % au niveau national.

La confiance retrouvée des habitants du bassin minier

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 9,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer