Arts

440 000 euros pour un pot de terre de Magdalene Odundo

| Par
« Untitled » (1986) de l’artiste d’origine kenyane Dame Magdalene Anyango Namakhiya Odundo

"Untitled" (1986) de l’artiste d’origine kenyane Dame Magdalene Anyango Namakhiya Odundo © Sotheby's

Une œuvre de la céramiste kenyane installée au Royaume-Uni, baptisée « Untitled », s’est envolée pour quatre fois son estimation haute lors d’une vente aux enchères chez Sotheby’s, le 29 août.

440 000 euros, c’est le prix record atteint par un pot de terre lors d’une vente aux enchères chez Sotheby’s, le 29 août. Un pot de terre ? Oui, un pot de terre, mais pas n’importe lequel. Il s’agit d’une œuvre de 1986, Untitled, signée de l’artiste d’origine kenyane Dame Magdalene Anyango Namakhiya Odundo, née en 1950 à Nairobi.

Mesurant 32 centimètres de haut, le pot en question présente un corps généreusement courbe contrastant avec un col allongé marqué par des angles nets. Les couleurs, subtil mélange de brun, de noir et d’ocre orange, témoignent des multiples techniques de cuisson utilisées par la céramiste et semblables à celles qu’employaient déjà les anciens grecs et romains.

 

Sensualité universelle

Les pots de Magdalene Odundo font clairement référence à la féminité. Lors d’une conversation avec l’écrivain nigérian Ben Okri, elle disait ainsi d’eux : « Ils sont très sculpturaux et très figuratifs… Ce qui est si beau dans le pot, c’est qu’il transmet un langage universel, celui de l’utilité spirituelle et de l’esthétique. Il est vénéré et compris par tous, et donc important pour tous… Quoi d’autre de mieux qu’un pot peut vous parler de la vie humaine ? »

Elle a été nommée Dame of the British empire par la reine Elisabeth en 2020

Éduquée en Inde et au Kenya, Magdalene Odundo est arrivée au Royaume Uni en 1971 et c’est là qu’elle a découvert la poterie, qu’elle a étudié ensuite un peu partout à travers le monde : à Abuja au Pottery Training Centre, mais aussi au Kenya, au Mexique… Diplômée du West Surrey College of Art & Design et du Royal College of Art, elle est présidente de l’University for the Creative Arts depuis 2018. Couronnée par de nombreuses distinctions, elle a été nommée Dame of the British empire (DBE) par la reine Elisabeth en 2020. Un an tout juste après la grande exposition qui lui a été consacrée au Royaume-Uni, « The Journey of Things » (au Hepworth Wakefield, dans le West Yorkshire, et The Sainsbury Centre for Visual Arts, sur le campus de l’Université d’East Anglia).

Un titre d’exposition qui correspond bien à l’œuvre d’une plasticienne qui a su marier différentes traditions du monde pour façonner des objets à la sensualité universelle. Selon le magazine spécialisé Barnebys, « sa cote est restée stable pendant cinq ans, de 2015 à novembre 2020, avant que l’œuvre Angled Mixed Coloured Piecede 1988, ne soit adjugée pour 221 600 euros chez Maak Contemporary Ceramics ». Depuis, elle ne cesse de grimper. « Untitled » était estimé entre 70 000 et 105 000 euros. Il a été acheté pour plus de quatre fois son estimation haute !

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer