Politique

Tunisie : Ennahdha ou l’urgence du renouvellement

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Rached Ghannouchi, en février 2020.

Rached Ghannouchi, en février 2020. © Nicolas Fauque

En pleine crise politique externe mais aussi interne, le parti tunisien à référentiel islamique fait l’objet de critiques de toutes parts. Acculée, sa direction tente de donner le change. 

Selon nos sources, le renouvellement du bureau exécutif d’Ennahdha, fraîchement limogé le 24 août après d’âpres débats, est en cours de négociation. Rached Ghannouchi, le président du parti, a confirmé dans la soirée du 1er septembre que la nouvelle composition serait annoncée prochainement. Elle passerait d’une quarantaine à une quinzaine de membres et ceux-ci auraient pour délicate mission de proposer des solutions à la crise politique actuelle.

Une fois proposée par Ghannouchi, cette future équipe devra être validée par le conseil de la Choura – l’organe consultatif qui fixe sa politique générale et ses orientations principales.

Plusieurs personnalités approchées

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 9,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer