Économie

Côte d’Ivoire : une méga-découverte pétrolière d’ENI ravive les ambitions du gouvernement Ouattara

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 2 septembre 2021 à 10:55

Terminal offshore de l’italien ENI au large de la Libye.

Le potentiel du gisement que vient de découvrir le groupe italien dirigé par Claudio Descalzi ENI est considérable : compris entre 1,5 et 2 milliards de barils de brut, il ouvre des perspectives prometteuses à Abidjan.

La compagnie pétrolière italienne Eni, basée à Milan, a annoncé le 1er septembre la découverte d’un gisement pétrolier très prometteur dans l’offshore ivoirien sur le permis CI-101 à plus de 2 000 mètres de profondeur, à 60 km au large de la station balnéaire d’Assinie, non loin de la frontière ghanéenne. ENI est opérateur avec 90 % de parts et 10% pour l’entreprise publique Petroci.

De fortes ambitions

L’annonce du groupe italien dirigé par Claudio Descalzi a été reprise par Thomas Camara, le ministre ivoirien des Mines, du Pétrole et de l’Énergie, qui a réaffirmé les ambitions du pays d’intégrer le gotha africain des pays producteurs de pétrole.

La Côte d’Ivoire reste pour le moment un petit acteur avec une production d’environ 34 000 barils/jour, provenant de quatre blocs gérés par la Société nationale des opérations pétrolières (Petroci ; C-11), Canadian Natural Resources (CI-26 et CI-40) ou encore Foxtrot International, une filiale du français Bouygues (CI-27).