Économie

[Forum virtuel] Covid-19, climat, sécurité alimentaire… Relever les défis des agriculteurs d’Afrique de l’Ouest

| Par Jeune Afrique
Mis à jour le 06 septembre 2021 à 10h16
DR

© DR

Comment relever les défis immenses auxquels sont confrontés les agriculteurs ouest-africains ? Jeune Afrique, The Africa Report et l’AGRA réunissent les producteurs, décideurs politiques et économiques du secteur pour un Forum virtuel.

Alors que la pandémie de Covid-19 a fortement impacté un secteur agricole ouest-africain déjà fragilisé par les conséquences du changement climatique, il est plus que temps de renforcer les interventions pour renforcer ce secteur crucial pour la sécurité alimentaire de la sous-région. Pour faire le point sur ce défi, en partenariat avec Jeune Afrique et The Africa Report, l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA) a organisé le Forum virtuel des agriculteurs d’Afrique de l’Ouest.

Accès à l’eau, aux intrants et aux moyens de production, amélioration de la qualité des semences ou encore nécessaire renfort du soutien étatique… Autant de sujets abordés au cours des débats, qui ont permis aussi de faire le constat des défis auxquels sont confrontés les agriculteurs ouest-africains, en particulier sur le plan sécuritaire.

L’une des questions centrale, pour les intervenants, a été celle de l’intégration des producteurs au système économique. Et ce, en les incorporant dans la chaîne de valeur, tout en n’altérant pas la qualité des produits. Le Burkinabè Yssouf Ballo, représentant de la SOPROSEK seed company, a ainsi décrit la création de postes d’agents communautaires de base, choisis en collaboration avec les ONG, qui distribuent les semences avec l’objectif . Autre initiative mise en avant, celle de l’optimisation du système de crédits à destination des agriculteurs, présentée par le Nigérian Ayodeji Balogun, PDG d’AFEX, la bourse de matières premières du secteur privé nigérian. 

Et si le changement climatique fait craindre le pire en terme de sécurité alimentaire – l’ONG AfricaInteract estime qu’une augmentation de la température de 2% impacterait la production agricole à hauteur de 30% dans la région – , Kabir Ibrahim, président de l’l’AFAN (All Farmers Association of Nigeria), insiste : « L’agriculture peut atténuer ce phénomène ». Comment ? En produisant mieux, pour réduire l’impact environnemental. Henri Ilboudo, directeur du Centre écologique Albert Schweitzer, a d’ailleurs exposé dans le détail les bienfaits de l’agroécologie, notamment telle qu’elle est pratiquée au au Burkina Faso. « Le développement des innovations doit se faire de manière progressive », prévient-il cependant. « on ne peut transformer notre économie sans transformer notre agriculture », abonde Eric Danquah, directeur de la Centre pour l’amélioration des récoltes en Afrique de l’Ouest (WACCI ). 

L’évènement, retransmis en direct sur plusieurs chaînes africaines (au Ghana, au Nigeria, au Mali et au Burkina Faso) et à (re)voir ici :

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer