Politique

RDC : entre Tshisekedi et Lourenço, qui va payer pour la pollution des fleuves ?

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Félix Tshisekedi et João Lourenço

Félix Tshisekedi et João Lourenço © République d'Angola

Les présidents Tshisekedi et Sassou Nguesso joignent leur efforts pour gérer la catastrophe écologique des fleuves Tshikapa et Kasaï causée par un accident dans la mine de diamants angolaise de Catoca… Mais Luanda se mure dans le silence.

Treize « zones de santé » touchées, plus de 10 000 cas de dysenterie et d’éruptions cutanées graves relevées parmi les populations riveraines, des dizaines de milliers de poissons morts et même une demi-douzaine d’hippopotames empoisonnés… La liste des dégâts collatéraux de la pollution au nickel et au ferrosilicium des fleuves Tshikapa et Kasaï en République démocratique du Congo ne cesse de s’allonger avec comme risque majeur une contamination des eaux souterraines du fleuve Congo en amont de Kinshasa et de Brazzaville pendant plusieurs années.

Rapport d’experts

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 9,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer