Société

Hors des sentiers battus

Route des vins, circuits ruraux, bivouacs isolés pour windsurfeurs écolos ou médinas pour acheteurs frénétiques, les idées ne manquent pas pour répondre aux aspirations de plus en plus variées des visiteurs.

Dakhla, l’Éden des sports de glisse

Entre mer et désert, à 1 700 kilomètres au sud de Casablanca, Dakhla est l’un des derniers postes-frontières avant la Mauritanie. Ses étendues de sable blanc, sa lagune, un vent fort et régulier, son caractère encore confidentiel, en font l’un des spots de wind et de kitesurf les plus réputés. Dakhla a de l’avenir. Ali Hamilou, directeur du campement Dakhla Attitude, en est convaincu. Tandis que les travaux d’extension s’achèvent pour ajouter bungalows, bar, restaurant, spa et une nouvelle école de glisse aux bivouacs existants, Ali se prend à rêver à l’organisation de courses de buggy et de chars à voile sur l’immense plage déserte. Depuis quatre ans, le campement attire des wind et kitesurfeurs, pour 80 % étrangers, venus principalement de France, de Belgique et de Suisse. Développement durable oblige, ce littoral encore sauvage est épargné par le béton : les constructions en dur y sont interdites. Mais les opérateurs hôteliers ont senti le vent venir. Dans la baie, les projets se multiplient. Parmi les plus importants : Laguna Marina Club, porté par le groupe Palmeraie développement, prévoit un hôtel et une marina d’une capacité de 50 bateaux. Montant des investissements : 197 millions de dirhams (17,25 millions d’euros).

Trek dans le Haut-Atlas

Avec le Haut-Atlas, le sud du pays a la cote. Pour Bernard Fabry, originaire du Maroc, directeur d’Atlas Sahara Trek et ancien guide de montagne, le tourisme rural y est bien singulier. En raison de la langue, le contact avec les populations locales, berbères en particulier, est assez limité. Et le petit nombre d’auberges et de gîtes ruraux confortables restreint le développement des circuits. En bivouac, les tarifs proposés pour un itinéraire classique de six jours dans la région du Toubkal, le plus haut sommet d’Afrique du Nord, va de 175 à 290 euros par personne. Au départ de la France, les agences de voyages sont de plus en plus nombreuses à organiser des treks et randonnées en tout genre (Terre d’aventure, Voyageurs du monde, Allibert, Atalante, Club aventureÂÂ). Bernard Fabry, lui, travaille avec des clients suisses, britanniques, allemands et américains. Pour développer le tourisme rural, les autorités marocaines ont lancé le concept de Pays d’accueil touristique (PAT), afin d’amener les voyageurs à découvrir les régions peu connues, via des itinéraires construits en dehors des sentiers battus. Une expérience de PAT prioritaires a notamment été lancée dans des zones où l’activité est nouvelle, à savoir Chefchaouen, Ifrane et Immouzer Ida Outanane.

Pour les accros du shopping

Tapis, poteries, bijoux, antiquités, artisanatÂÂ Marrakech est la capitale touristique du pays et celle du shopping, concentré dans l’ancienne médina et la ville nouvelle. Près de 260 bazars sont ouverts au public, très tard le soir et quasiment tous les jours. Il y en a pour toutes les bourses : de l’artisanat souvenir bon marché, aux babouches et sacs en cuir, en passant par la ferronnerie, la céramique ou le mobilier design, plus contemporain, présenté dans les boutiques de luxe. Marrakech est aussi la ville la plus chère du royaume, « environ 30 % plus onéreuse », estime un professionnel.
Pour accroître l’attractivité du pays en tant que destination shopping, le Maroc a lancé, début 2008, un Tax Free Shopping Service, une mesure fiscale permettant aux touristes ainsi qu’aux Marocains résidant à l’étranger (MRE) de récupérer la TVA sur les achats effectués dans les centres commerciaux ou boutiques des aéroports et ports du pays. À Casablanca, le Morocco’ Mall, dont l’ouverture est prévue pour 2010, sera le plus grand centre commercial d’Afrique du Nord. Il abritera quelque 200 enseignes. Porté par le Groupe Aksal et Nesk Investment, les deux majors de la franchise et de la mode dans le pays, le projet est estimé à 2 milliards de dirhams (175 millions d’euros).

Autour du vin

À Benslimane, entre Rabat et Casablanca, au domaine des Ouled Thaleb, exploité par Thalvin, la notion de terroir prend tout son sens. Plaisirs de la table, autour de vins généreux et authentiques (Cuvée du président, Siroua, Médaillon) et d’un menu du vigneron, qui puise son inspiration dans les produits régionaux. « Une cuisine bourgeoise de terroir, confie Boris Bille, sommelier de Thalvin. Nous avons notre propre potager et nos propres arbres fruitiers. Les agneaux sont élevés ici, sur le domaine. Nous travaillons avec les pêcheurs de Mohammedia, à quelques kilomètres. Les huîtres proviennent de Dakhla et de Oualidia. Notre fromager est installé à Essaouira. »
Le domaine, propriété de Zniber (les Celliers de Meknès), premier groupe viticole du pays, s’étend sur plus de 2 000 hectares, dont 450 hectares de vignes. La première expérience d’ÂÂnotourisme a été lancée l’an dernier à destination des professionnels et d’un public d’amateurs. Au programme : visites du domaine et de la cave, découverte des métiers et techniques de la vigne, dégustations. Thalvin souhaite aussi y intégrer le patrimoine culturel et naturel, en organisant des randonnées à pied, à cheval ou en VTT. Pour l’heure, le domaine accueille essentiellement des ÂÂnophiles, nationaux et étrangers, ainsi que des séminaires ou événements sportifs (raid Hummer, rallye aérien Saint-Exupéry). Une route des vins au Maroc ? Les Celliers de Meknès et Thalvin y réfléchissent. « Le Maroc s’y prête bien, remarque Boris Bille. On peut imaginer un circuit vin-gastronomie-découverte, entre Essaouira-Oualidia, Benslimane-Rabat et les villes impériales de Fès-Meknès. » Cette dernière, capitale du vin, a d’ailleurs renoué en novembre dernier avec la « Fête des vignes ». La région de Meknès représente 70 % de la production nationale et abrite la seule AOC du pays, les Coteaux de l’Atlas.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte