Société

Saad Lamjarred, grandeur et déchéance d’une pop star arabe (1/3)

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 04 septembre 2021 à 13h50
Saad Lamjarred sur la scène du Théâtre romain de Carthage, le 30 juillet 2016.

Saad Lamjarred sur la scène du Théâtre romain de Carthage, le 30 juillet 2016. © FETHI BELAID / AF

Icône planétaire aux innombrables tubes, le chanteur marocain est visé par quatre plaintes pour viol, dont l’une le conduira prochainement devant la cour d’assises, à Paris. Premier épisode de notre série : l’émergence fulgurante d’un artiste surdoué dont la carrière débute comme un conte de fées.

Au Maroc, les hits de l’été 2021 ne manquent pas. Sur les plages du royaume, deux artistes sont particulièrement plébiscités : d’un côté, le rappeur Snor, représentant de la trap marocaine, et son titre Hkaya ; de l’autre, la star de la pop arabe, Saad Lamjarred, avec sa chanson pour midinettes Enty Hayati (« Tu es ma vie »), aux sonorités andalouses et latino.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 9,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer