Culture

Kenya : une écolière modèle… de plus de 90 ans

Mis à jour le 1 septembre 2021 à 12:27

Ladybirds

À travers le parcours stupéfiant de Priscilah Sitienei, le cinéaste Pascal Plisson évoque dans « Gogo » le combat pour l’éducation des filles.

L’élève Priscilah Sitienei fait tout comme les autres écolières. Dans le petit bâtiment rudimentaire de l’établissement d’enseignement élémentaire de Ndalat, dans l’ouest du Kenya, elle porte l’uniforme de rigueur pour les filles à la Leaders Vision Primary School : chemise et jupe bleu ciel, pull vert, cravate rouge. Après avoir participé dans la cour au lever de drapeau quotidien, elle assiste aux cours assise à un petit pupitre de bois, au milieu d’une trentaine de camarades.

Elle est venue de son village pour rejoindre la classe préparatoire en 2014 et vivre dans l’internat. Afin, avant tout, d’apprendre à lire, à écrire et à compter. Et ce n’est pas toujours facile. La professeure lui reproche d’ailleurs parfois, sinon d’être trop espiègle, du moins de ne pas être assez attentive ou de ne pas travailler suffisamment. Alors qu’elle a atteint le niveau CM2 quelques années après les débuts de son cursus, elle risque donc, lui dit-elle, de rater son examen d’entrée au collège.

Ce qui se produira.

 

Montrer l’exemple

 

 

Une élève comme les autres ? Pas vraiment. Pas du tout même. Le directeur de l’école avait tout fait pour la décourager – il dit le regretter aujourd’hui – quand elle lui avait demandé de l’inscrire dans son établissement. En raison de son âge, peu banal assurément en la circonstance : car Gogo, c’est le surnom de Priscilah Sitienei, avait alors déjà plus de 90 ans !

Elle a aujourd’hui, à en croire sa carte d’identité, 98 ans, alors que sort ce long métrage documentaire qui porte son nom et qui rend compte au jour le jour de son parcours scolaire qui s’est achevé en 2018, l’année du tournage. On la suivra donc en classe dès le matin, penchée le soir sur les devoirs à faire pour le lendemain, en voyage scolaire dans une réserve d’animaux sauvages, chez les Masaï, ou dans le dortoir du pensionnat. Toujours prête à discuter avec ses camarades de classe plus de dix fois moins âgées.

Dans cette uniforme [d’écolière], j’ai plus d’allure qu’une mamie au village

Pourquoi cette villageoise illettrée habituée à garder les vaches avant de remplir le rôle de sage-femme pour les futures mamans des environs a-t-elle décidé subitement, à son âge vénérable, de retourner à l’école ? Parce qu’elle était désolée de constater que les filles, encore maintenant, restaient souvent (comme à son époque) à l’écart de la scolarisation. Outre son envie, jamais assouvie, d’améliorer sa propre éducation, elle a donc voulu montrer l’exemple, en particulier à ses petites et arrière-petites filles. Et peu importe l’aspect incongru de sa décision et de ses conséquences : « Dans cette uniforme [d’écolière], j’ai plus d’allure qu’une mamie au village », dit-elle fièrement.

Le cinéaste, Pascal Plisson, a découvert cette incroyable histoire peu après avoir réalisé au milieu des années 2010 Sur le chemin de l’école, consacré aux difficultés pour scolariser les enfants dans diverses régions du monde et en particulier au Kenya. Bénéficiant de la confiance de ses producteurs après avoir obtenu un César pour ce documentaire attachant, il a donc voulu récidiver dans le même esprit en proposant un portrait de cette dame qui est une publicité vivante et exceptionnelle pour la défense de l’éducation des filles.

Une histoire un peu trop lisse pour ne pas paraître mise en scène afin de séduire le public occidental

Sans grands effets, sans commentaires, car les scènes tournées se suffisent à elles-mêmes, le film propose de belles images sur un parcours édifiant. Des images un peu trop belles sans doute : était-il nécessaire, par exemple, de s’attarder sur la majesté d’un baobab ou sur la découverte des lions par Gogo dans la réserve masaï ? Et une histoire un peu trop lisse pour ne pas paraître mise en scène de façon excessive afin de séduire en premier lieu le public occidental, sensible aux difficultés qu’affrontent les populations des pays du Sud, la gent féminine en tête.

Mais le propos de ce récit sous forme de leçon humaniste est il est vrai assez fort et exemplaire, comme l’est Gogo elle-même, pour qu’on ne critique pas outre mesure un film qui ne cache pas son aspect hagiographique.

« Gogo », de Pascal Clisson, est sorti en France le 1er septembre