Économie

Éducation : que va faire le Cameroun des 97 millions de dollars de la Banque mondiale ?

Mis à jour le 31 août 2021 à 18:07

École privée bilingue « Emergence », à Douala.

À quelques jours de la rentrée scolaire, l’institution de Washington mobilise ces fonds pour la réforme du système éducatif national. Décryptage.

La promesse de financement de la Banque mondiale fait suite aux engagements en faveur de l’éducation pris par le Cameroun lors du Sommet mondial de l’innovation et de l’éducation, qui s’est tenu à Londres en juillet 2021 et a réuni plus de 90 pays.

Plus de la moitié de la population a moins de 18 ans

Entamé en 2019, le Programme d’appui à la réforme de l’éducation au Cameroun (Parec) veut insuffler un nouveau souffle au système éducatif national du pays en vue notamment de l’aligner sur les exigences internationales. Entre-temps, des changements sont survenus : si le programme mobilisait alors un financement global de 130 millions de dollars, il passe aujourd’hui à un total de 229 millions de dollars ; et un allongement de la période de mise en œuvre de 2019-2023 à 2019-2026 est prévu afin de cibler plus efficacement les points cruciaux de cette réforme.

Redynamiser le système éducatif

La vision du gouvernement est claire : il faut redynamiser le système éducatif dans un pays où le sous-emploi touche plus de 70 % de la population. L’enjeu est de taille car plus de la moitié de la population a moins de 18 ans selon l’Institut national de la statistique.

 Le premier volet de la réforme concerne l’amélioration des conditions d’accès et la qualité de l’éducation : 42 millions de dollars seront alloués au recrutement et à la formation de professeurs dans les établissements publiques. 

14 500 nouveaux professeurs seront recrutés en école maternelle et primaire

En 2019 la Banque mondiale préconisait de fournir pour chaque école primaire au moins trois professeurs physiques rémunérés par l’État : aujourd’hui cet objectif est prolongé. Dans cinq ans, au moins 95 % des écoles ayant plus de 100 élèves seront suivies et coordonnées par trois enseignants permanents

Régulariser la situation de 18 000 enseignants

En ce sens, le gouvernement souhaite une réforme du système de management du corps enseignant : le projet vise à régulariser la situation de 18 000 enseignants dans les zones rurales qui exerceront dorénavant sous l’autorité de l’État. En plus, près de 14 500 nouveaux professeurs seront recrutés en école maternelle et primaire.

Les objectifs clés : améliorer l’encadrement pédagogique, favoriser la transparence financière et éviter l’absentéisme

Ils seront tous formés aux outils pédagogiques COACH et TEACH, des outils d’observation gratuits qui capturent et mettent en valeur les compétences cognitives et socio-émotionnelles des enfants.

Environ 29 millions de dollars seront accordés sur trois ans à l’accès et à l’apprentissage de ces outils numériques d’éducation et d’observation qui devront être intégrés dans les classes camerounaises. L’objectif ? Améliorer l’encadrement pédagogique, favoriser la transparence financière et éviter l’absentéisme des professeurs.

Gratuité des principaux manuels scolaires

D’autre part, comme en 2020, le Parec a annoncé la gratuité des manuels scolaires de français, d’anglais et de mathématiques : un chantier qui permettra au gouvernement de fournir à au moins 90 % des élèves en école primaire les outils essentiels d’apprentissage. 

Une source d’eau potable devra être présente dans chaque classe

Différence par rapport à l’année passée : les livres porteront la mention « État du Cameroun-Interdit » et « Coopération Cameroun-Banque mondiale » afin de limiter leur vente illégale dans les libraires.

 Les experts de la Banque mondiale encouragent l’aménagement des locaux afin d’éviter le décrochage précoce. Sont fortement recommandés l’entretien et l’équipement des classes : tables, chaises, mini-libraires et une source d’eau potable devront être présents dans toutes les classes.

Un projet d’école inclusive

Environ 70 % des jeunes filles camerounaises souffrent d’analphabétisme et le pays arrive au 141e rang parmi 189 pays classés par rapport à leur niveau d’inégalité entre les sexes selon les Nations unies.

Le Cameroun veut réduire les inégalités de genre et piloter efficacement la transition démographique

Parmi les recommandations de la Banque mondiale, l’inclusion des jeunes femmes reste essentielle. Membre du Programme SWEED (projet pour l’Autonomisation des Femmes et le Dividende Démographique au Sahel) depuis 2019, le Cameroun veut réduire les inégalités de genre et, sous l’égide du bailleur de fonds, piloter efficacement la transition démographique.

Last but not least, la Banque mondiale préconise un accompagnement spécifique pour les enfants nés dans les communautés de réfugiés. La famille de l’enfant et l’école d’accueil elle-même recevront des financements spécifiques quant à la bonne intégration au système scolaire camerounais de l’enfant réfugié. 

Dans son communiqué de presse, la Banque mondiale recommande aux professeurs d’école une attention particulière pour ces enfants, plus sujets au décrochage scolaire précoce.