Politique

Algérie : Nordine Aït Hamouda mis en liberté provisoire

| Par Jeune Afrique
Mis à jour le 29 août 2021 à 17h57
Nordine Aït Hamouda, ancien député du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD).

Nordine Aït Hamouda, ancien député du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD). © DR

Un tribunal algérien a décidé dimanche de placer en liberté provisoire cet ancien député, fils du colonel Amirouche, accusé d’avoir insulté des figures de l’histoire anticoloniale, a annoncé une organisation de défense des droits humains.

« La chambre d’accusation (de la cour d’Alger) vient de prononcer la mise en liberté provisoire de Amrane Aït-Hamouda dit Nordine », en attendant la fin de l’enquête et la fixation d’une date pour le procès, a rapporté le Comité national pour la libération des détenus (CNLD).

« Atteinte aux symboles de l’État »

Fils du colonel Amirouche – figure de la guerre d’indépendance – Nordine Aït Hamouda avait été placé sous mandat de dépôt le 27 juin après avoir accusé de trahison des figures de l’histoire anticoloniale de l’Algérie. Il était accusé d’« atteinte aux symboles de l’État et de la révolution », « atteinte à un ancien président de la République », « atteinte à l’unité nationale », « incitation à la haine et discrimination raciale », selon le CNLD. L’ancien député avait déclenché un véritable tollé en qualifiant de « traîtres », lors d’une émission télévisée, l’émir Abdelkader, héros de la première résistance contre la France coloniale, l’ex-président Houari Boumédiène et le dirigeant nationaliste Messali Hadj.

Vive polémique

Le ministère des Moudjahidine (Anciens combattants) avait fait savoir qu’il se constituerait partie civile dans les procès intentés à « ceux qui ont porté atteinte aux symboles de la nation ». Des membres de la famille Abdelkader ainsi que la fondation qui porte son nom ont déposé plainte.

Nordine Aït Hamouda, 71 ans, est un ancien député du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), parti laïc d’opposition, issu du Mouvement culturel berbère. Il en a été exclu en 2015.

La polémique, ayant enflammé les réseaux sociaux, a conduit l’Autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV) à suspendre temporairement les programmes de la chaîne privée El Hayat TV qui avait diffusé ces propos controversés.

Avec AFP

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer