Patrimoine

Restitution du patrimoine : et la Tunisie ?

Réservé aux abonnés | | Par
Le site de Carthage, à Tunis, en juin 2021.

Le site de Carthage, à Tunis, en juin 2021. © Jdidi Wassim/SOPA Images via ZUMA Wire

Alors que les demandes de restitution d’objets et d’œuvres africains exposés dans les musées européens ou américains se multiplient et que les ex-pays coloniaux, France en tête, semblent de plus en plus enclins à y répondre, le relatif silence de la Tunisie sur le sujet étonne.

Il y a un an, le village de Salakta (Est) était en émoi et exigeait de l’Institut national du patrimoine (INP) qu’une cuirasse, qu’il attribuait à Hannibal, soit restituée au musée local. Cette démarche s’appuyait sur une légende urbaine qui assurait que cette cuirasse était une copie de celle du chef carthaginois et que l’original avait disparu. « Il s’agit en réalité de la cuirasse d’un soldat romain qui date de la Deuxième Guerre punique et qui a été rapatriée après avoir été exposée à Rome », précise le directeur général de l’INP, Faouzi Mahfoudh.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 9,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer