Politique

Pétrole, gaz, mines : les frontières de la discorde

Le découpage souvent imprécis des frontières, héritées de l’époque coloniale, a donné lieu à de nombreux différends entre pays africains. Chacun cherche à tirer parti de la zone contestée, surtout quand celle-ci abrite des ressources naturelles… « Jeune Afrique » a mené l’enquête.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 17 novembre 2021 à 11:19

© Champ pétrolifère de Jubilee (Ghana)

En Afrique, seul un tiers des frontières sont précisément définies et matérialisées, selon l’Union africaine. En cause ? Les cartes aux tracés approximatifs, laissées par les colons à l’heure des indépendances, et dont la lecture prête à de multiples interprétations. C’est le cas dans le golfe de Guinée, où la question des frontières maritimes est devenue épineuse à partir de 1990, quand des gisements d’hydrocarbures y ont été découverts, provoquant une course à l’appropriation des mers entre les pays de la zone.

15 litiges en cours

Depuis le 20 août, la RDC et la Zambie sont sur le point mettre un terme à une querelle, vieille de plusieurs décennies, grâce à la reprise des travaux portant sur la démarcation de 200 kilomètres situés entre les lacs Moero et Tanganyika, non loin des grands gisements cuprifères de la région. Si certains différends ont depuis été résolus, grâce notamment aux arbitrages de la Cour internationale de justice (CIJ), une quinzaine de litiges sont encore en cours. Certains sont vieux de plus de cinquante ans.

Ainsi, Kinshasa conteste depuis des décennies la taille de sa zone maritime atlantique, située entre l’Angola et sa province du Cabinda et dont l’accès pourrait faire du pays l’un des plus gros producteurs de pétrole du continent en vertu des règles édictées par la Convention de Montego Bay de 1982.

Le différend frontalier entre le Nigeria et le Cameroun, né de la dispute pour la presqu’île de Bakassi, riche en hydrocarbures, a lui conduit à un conflit armé. Après de multiples recours auprès de la CIJ, Yaoundé obtient officiellement, en 2008, la souveraineté sur ce territoire. Mais la plaie n’est pas encore cicatrisée. Début janvier 2021, le positionnement de certaines bornes semaient encore la discorde.

Des frontières délimitées pour 2022 ?

Pour régler ces contentieux, le Programme frontière de l’Union africaine, dont 26 pays sont bénéficiaires, a été lancé en 2007 pour aider le continent à finir de tracer ses frontières. Mais le programme, dont la fin était initialement prévue pour 2012, a pris du retard. Le nouvel objectif est désormais fixé à l’horizon 2022.

À Lire La RDC et la Zambie vont-elles enfin régler leur différend frontalier ?

Or, tant que les frontières ne seront pas rigoureusement délimitées et marquées, rien ne pourra prémunir le continent contre l’irruption de nouveaux conflits, jusqu’ici dormants, mais qu’une rumeur de gisement saura soudainement réveiller.

Des Grands Lacs aux îles Mbanié et Conga en passant par la région dissidente d’Abyei, Jeune Afrique a passé au crible toutes les zones de tensions liées à la présence de ressources sur le continent.

AgacheR_Plan de travail 1

AgacheR_Plan de travail 1