Politique

G5 Sahel : le Tchad retire 600 soldats de la zone dite « des trois frontières »

Par
Mis à jour le 23 août 2021 à 10:31

Des forces tchadiennes engagées contre Boko Haram, en mars 2015 (photo d’illustration).

Le Tchad a annoncé le 21 août diviser de moitié ses effectifs combattant au sein du G5 Sahel dans cette zone située entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso.

« On a redéployé au Tchad 600 hommes en accord avec les forces du G5 Sahel. Il s’agit d’un redéploiement stratégique pour s’adapter au mieux à l’organisation des terroristes », a affirmé Abderaman Koulamallah, porte-parole du gouvernement.

Un contingent de 1 200 soldats tchadiens avait été déployé dans cette zone pour lutter contre les groupes djihadistes, dans le cadre de la force multinationale du G5 Sahel, groupe de cinq pays sahéliens – Tchad, Mali, Mauritanie, Niger et Burkina Faso – qui s’efforcent, depuis 2017, de coopérer dans le cadre de cette lutte.

Dispositif allégé

La zone « des trois frontières » est, avec le centre du Mali, la plus touchée par les attaques djihadistes commises par des groupes notamment affiliés à Al-Qaida ou à l’organisation Etat islamique au grand Sahara. Les morts, civils comme militaires, s’y comptent par milliers. La dernière attaque, samedi, contre un village de cette zone au Niger a fait une dizaine de morts parmi des civils. Lundi, une autre attaque avait fait 37 morts.

« Il nous reste environ 600 soldats sur le terrain. C’est une décision concertée de longue date avec le commandement du G5. On a voulu alléger le dispositif, qui n’était pas adapté », a assuré Abderaman Koulamallah. Les troupes tchadiennes sont basées à Téra, ville du sud-ouest du Niger.

« Par rapport à la situation sur le terrain, il faut avoir une force mobile, d’où le retrait de certaines de nos forces avec les armes lourdes », a ajouté le porte-parole du gouvernement. « Notre volonté politique de faire face aux djihadistes reste intacte », a-t-il poursuivi.

« Concertations »

La France, très impliquée dans la lutte contre les djihadistes dans la région, a annoncé récemment la réduction progressive de ses effectifs militaires au Sahel au profit d’un dispositif allégé de 2 500 à 3 000 hommes, contre les quelque 5 000 qui composaient la force de l’opération « Barkhane », amenée à disparaître. L’envoi des soldats tchadiens, avant d’être effectif en février, était réclamé depuis plusieurs années par Paris.

Le ministère français des armées a confirmé que la décision tchadienne « a été prise en parfaite concertation avec les partenaires du G5 Sahel ainsi que de la coalition pour le Sahel, dont la France ». « Il s’agit d’avoir un dispositif à la fois plus léger, plus réactif et plus facile à soutenir, en conservant les moyens de combat les plus adaptés à l’ennemi », a-t-il précisé.

Une source malienne au ministère de la défense, sous couvert d’anonymat, a assuré que le Niger avait « officiellement informé avant » le Mali de « ce réajustement », et que « le processus de retour » des soldats au Tchad était « bien coordonné ».

Une guerre « asymétrique »

Dans la zone « des trois frontières », la présence djihadiste s’est greffée sur des tensions qui existent de longue date entre communautés, dont certaines se sont constituées en groupes armés alimentant les violences.

Le Tchad fait aussi face à la présence djihadiste sur son territoire dans la région du lac Tchad, près de la frontière avec le Cameroun. Au début d’août, au moins 26 militaires tchadiens ont été tués dans une attaque attribuée au groupe nigérian Boko Haram.

« Le lourd tribut que nous payons dans cette guerre asymétrique est amer, mais il ne sera pas vain. Nous ferons capituler l’hydre terroriste », avait réagi Mahamat Idriss Déby, président du Conseil militaire de transition depuis la mort de son père, Idriss Déby, en avril 2021, tué lors de combats contre des rebelles venus de Libye.