Cabinet d'avocats

Avocats africains, avocats internationaux : la guerre est finie ?

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 20 septembre 2021 à 15h54
Dans les locaux du cabinet d’avocats ADNA ALN à Casablanca, au Maroc, le 23 aout 2021.

Dans les locaux du cabinet d'avocats ADNA ALN à Casablanca, au Maroc, le 23 aout 2021. © Hassan OUAZZANI pour JA

Autrefois dominé par les cabinets internationaux, le métier s’est réajusté sur le continent au profit des acteurs africains. Une cohabitation qui ne va pas sans susciter quelques tensions.

Ne leur parlez pas de tensions, c’est un mot que l’on n’aime guère dans le monde feutré du droit des affaires. Pourtant, force est de constater que les relations entre cabinets d’avocats africains et internationaux ne sont pas de tout repos sur le continent. En zone francophone, les déconvenues du britannique Herbert Smith Freehills en Guinée, en 2013, et de l’américain Orrick en Côte d’Ivoire, l’année suivante, confrontés notamment à l’opposition des barreaux nationaux, ont marqué les esprits. Depuis, si la situation s’est apaisée et la pratique du coconseil se développe, le sujet demeure sensible.

Pour preuve, il est réapparu au Maroc en 2020 en marge de l’élection du nouveau bâtonnier de Casablanca, les autorités ayant invité une dizaine de praticiens de cabinets étrangers, dont Allen & Overy, Baker Mckenzie et DLA Piper, à s’expliquer sur leur pratique. Dans le royaume comme ailleurs, la crispation naît de la distinction entre la fonction d’avocat – réservée aux professionnels inscrits aux barreaux locaux – et celle de conseil juridique, qui ne nécessite pas cette formalité, certains acteurs étrangers étant accusés de concurrence déloyale car ils pratiqueraient la première sous le couvert de la seconde.

Sur la plupart des dossiers, nous sommes impliqués dès le départ

S’ils sont dorénavant en compétition sur certains dossiers, avocats africains et internationaux sont aussi souvent partenaires, voire associés. L’évolution de leurs relations atteste d’un secteur en pleine recomposition.

Un nouveau rapport de force

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 9,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer