Médias

Côte d’Ivoire : pourquoi Venance Konan a dû quitter « Fraternité Matin »

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 19 août 2021 à 13h06
Venance Konan, journaliste et ancien directeur général du groupe de presse Fraternité Matin

Venance Konan, journaliste et ancien directeur général du groupe de presse Fraternité Matin © Vincent Fournier/Jeune Afrique/JA

C’est une page qui se tourne au sein du groupe de presse : Venance Konan a quitté son poste de directeur général le 12 août et sera remplacé par son adjoint. Explications sur ce départ.

Selon nos informations, Venance Konan – nommé en 2011 après une crise postélectorale lors de laquelle il avait affiché son soutien à Alassane Ouattara – avait lui-même demandé à quitter son poste et évoqué un départ avec le chef de l’État avant la présidentielle de 2020. Il avait ensuite réitéré auprès de deux ministres en 2021. L’intéressé évoque des raisons de santé.

Hospitalisé à plusieurs reprises ces dernières années, ses médecins lui avaient conseillé de prendre du recul et de ne plus s’exposer au stress. Or, Venance Konan était contesté à la tête du journal par une partie du personnel et des syndicats, qui l’accusaient de mauvaise gestion financière – dont il n’avait pourtant pas directement la charge – et d’être responsable des déboires financiers du groupe depuis une décennie.

Surtout, ses relations étaient exécrables avec le directeur général adjoint chargé des finances, Abdel Serge Olivier Nouho – en poste depuis mai 2018 et qui a été désigné le 16 août directeur général –, comme cela avait déjà été le cas depuis dix ans avec ses adjoints successifs…

Conflits et pertes financières

Ne maîtrisant pas les règles de la gestion financière, Konan avait d’abord travaillé au côté de Moussa Koné, un ancien employé de DHL Burkina Faso. Mais une brouille entre les deux hommes avait éclaté et le directeur général avait obtenu en février 2013 son limogeage.

Selon nos sources, il souhaitait alors que son adjoint ne soit pas remplacé. Si les pouvoirs publics acceptent dans un premier temps la requête de ce dirigeant proche de l’entourage du président Ouattara, un autre second sera toutefois nommé en la personne de Mohamed Lamine Sakanogo, sans que cela n’améliore les finances du groupe.

Le bras de fer a tourné en défaveur du directeur général

Cumulant les pertes financières – son déficit annuel s’élevant fin 2016 à plus de dix milliards de francs CFA –, le groupe adopte finalement en 2018 un plan social et licencie une centaine de membres du personnel. Estimée à 70 000 exemplaires dans les années 1980, son audience est en chute libre : elle est estimée en 2018 à moins de 5 000 ventes quotidiennes. Le gouvernement procède alors à une annulation de 5,5 milliards de francs CFA (8,4 millions) de dettes et injecte environ 3,5 milliards dans l’entreprise.

Moins de 3 000 exemplaires quotidiens

L’État contraint par ailleurs certaines entreprises de presse à imprimer leur journal en utilisant les rotatives de Fraternité Matin dans le cadre d’une politique d’aide et de subventions au secteur de la presse écrite. Mais cela ne suffit pas à améliorer les chiffres et à les relations entre Venance Konan et Abel Serge Olivier Nouho, qui a remplacé Mohamed Lamine Sakanogo en mai 2018. En avril 2021, des syndicalistes – considérés comme proches de Konan – déclenchent un mouvement de grève, accusant Nouho de mauvaise gestion. Mais le bras de fer tournera en défaveur du directeur général.

Bien que toujours proche du chef de l’État et du nouveau ministre de la Communication, Amadou Coulibaly, Konan est ainsi contraint de laisser sa place ce 12 août, après une réunion du conseil d’administration présidée par le professeur en médecine Sega Sangaré. Une démission n’étant pas envisageable à ce niveau de la fonction publique ivoirienne, il est nommé au poste honorifique de président du conseil d’administration de la Société ivoirienne de télédiffusion.

Selon les chiffres consultés par Jeune Afrique pour le deuxième trimestre 2021, Fraternité Matin vend aujourd’hui en moyenne à peine plus de 3 000 exemplaires quotidiens.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer