Économie

Burkina : Inoussa Kanazoé fait condamner Ouaga devant la Cour de justice de la Cedeao

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 17 août 2021 à 13:47

Usine Cimfaso © Cimfaso

L’instance judiciaire de la Cedeao a condamné le Burkina Faso pour non-respect des droits de l’entrepreneur Inoussa Kanazoé, mettant fin à une saga judiciaire internationale lancée en 2017.

Rendu en novembre 2020 mais communiqué seulement en mai dernier aux parties, la Cour de justice de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a ordonné au Burkina Faso l’arrêt des procédures contre Inoussa Kanazoé, patron du groupe Cim Metal. Les juges de l’instance ont estimé que les droits de ce dernier avaient été bafoués durant la longue procédure enclenchée il y a quatre ans contre l’entrepreneur, notamment le respect du contradictoire et l’autorité de la chose jugée.

Le feuilleton judiciaire commence en 2017, lorsque Cimenterie du Faso (CimFaso), entreprise du groupe d’Inoussa Kanazoé fait alors l’objet d’une dénonciation pour faits de surfacturation auprès de la justice burkinabè. À l’origine de la procédure : Moussa Koanda, pourtant associé d’Inoussa Kanazoé et détenteur de 30 % du capital de CimFaso.

Un rapport d’expertise controversé

Le plaignant estime