Économie

Rabiu, Dangote, Sawiris : combien les milliardaires africains ont (déjà) gagné en 2021 ?

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 23 août 2021 à 14:44

Aliko Dangote, PDG du groupe Dangote, lors du Africa CEO Forum, à Abidjan en mars 2016.

Les Africains les plus riches ont enregistré une très nette progression de leur patrimoine malgré la crise du Covid-19. État des lieux de la bonne santé des plus grosses fortunes du continent.

Les milliardaires africains n’ont pas connu la crise. Alors que les économies mondiales ont été fortement affectées par la pandémie de Covid-19, officiellement déclarée par l’OMS le 11 mars 2020, la fortune cumulée des dix premiers milliardaires africains s’est élevée à 60,7 milliards de dollars en août 2021 selon le magazine américain Forbes. Avant la crise, le total cumulé des dix premières fortunes africaines était de 51,9 milliards de dollars fin 2019. État des lieux.

  •    Aliko Dangote 

Pour la dixième année consécutive, Aliko Dangote est l’homme le plus riche du continent selon Forbes avec une fortune estimée à 12,3 milliards de dollars le 16 août 2021, soit une hausse de quatre milliards de dollars par rapport à avril 2020.

L’un des facteurs expliquant cette hausse est l’augmentation du prix de l’action de Dangote Cement, dont le cours a bondi de 130 nairas (0,26 euros) en août 2020 à près de 250 nairas (0,50 euros) en août 2021. Par ailleurs, le mégaprojet de raffinerie de pétrole de l’entrepreneur nigérian a reçu un coup d’accélérateur de la part du gouvernement. Ce dernier a approuvé en août une prise de participation de la compagnie nationale pétrolière NNPC dans ce projet, à hauteur de 20 % du capital moyennant un investissement de 3 milliards de dollars.

  •  Nassef Sawiris

Bien moins connu que son frère Naguib, le cadet des héritiers de l’Égyptien Onsi Sawaris est pourtant le plus riche. En outre, avec près de cinq milliards de dollars en avril 2020 selon Forbes, sa fortune est aujourd’hui estimée à neuf milliards de dollars (+80%).

Il détient 6 % de la société Adidas, dont le cours de l’action a augmenté de 16 % en un an et 5 % dans la société de construction Lafarge Holcim. Le cours de l’action de cette dernière est en hausse de 21,8 % entre août 2020 et août 2021. En décembre 2020, il a également acquis 5 % de la société new-yorkaise Madison Square Sports, propriétaire des équipes des New York Knicks (basket) et des New York Rangers (hockey sur glace).

  • Nicky Oppenheimer 

Avec une fortune estimée à 8,1 milliards de dollars en août 2021 par Forbes (contre 7,4 milliards de dollars en avril 2020), Nicky Oppenheimer est le troisième homme le plus riche d’Afrique grâce à ses actifs chez De Beers (diamants).

Malgré la suspension des activités diamantaires au deuxième trimestre 2020 – Covid oblige -, le groupe sud-africain a enregistré un chiffre d’affaires de 2,9 milliards de dollars à la fin du premier semestre 2021, soit une hausse de 141 % par rapport à la même période en 2020 (1,2 milliard de dollars) et +12 % par rapport à 2019 (2,6 milliards de dollars) selon les rapports financiers de De Beers. Le cours de l’action de Anglo American, la maison mère de De Beers a augmenté de 88 % entre août 2020 et août 2021.

  •  Johann Rupert 

Le sud-africain Johann Rupert est le président-fondateur de Compagnie Financière Richemont – possédant les marques Cartier et MontBlanc. Sa fortune a augmenté de 2,5 milliards de dollars entre avril 2020 et août 2021 passant de 4,6 milliards à 7,1 milliards de dollars.

Cette hausse s’explique par les très bons résultats du groupe Richemont, l’un des trois leaders mondiaux du luxe après LVMH et aux côtés du groupe Estée Lauder, avec un chiffre d’affaires annuel d’environ 15 milliards de dollars. Sa capitalisation boursière est d’environ 68,6 milliards de dollars à la mi-août 2021,  soit une hausse supérieure à 100 % sur un an, profitant du net rebond du secteur du luxe s’est clairement rétabli depuis le début de l’année 2021.

  • Mike Adenuga

Le deuxième homme le plus riche du Nigeria avec 6,3 milliards de dollars en août 2021 (5,6 milliards en avril 2020) a bâti sa fortune grâce à l’opérateur de télécoms Globacom qu’il a fondé en 2003. Le groupe, qui comptait 46 millions de clients en 2019, en compte désormais 50 millions, soit 27 % du marché nigérian à égalité avec Airtel et derrière MTN (39 %).

Mike Adenuga exploite également six blocs pétroliers avec sa société Conoil dans le delta du Niger. Le cours de l’action de la société pétrolière a augmenté de 32 % entre août 2020 et août 2021, alors que ses revenus trimestriels ont bondi à 34,5 milliards de nairas au second trimestre de cette année (+79 % sur un an), pour un bénéfice net de 639 millions de nairas (contre 78 millions un an plus tôt). Enfin, il détient 6 % des parts du nigérian Sterling Bank, dont l’action a augmenté de 37 % en un an.

  • Abdulsamad Rabiu

Abdulsamad Rabiu dirige BUA Group, un conglomérat nigérian actif dans la production de ciment, le raffinage de sucre et l’immobilier. Sa fortune a augmenté de 45 % pour atteindre 4,2 milliards de dollars en août 2021 (contre 2,9 milliards en avril 2020).

En cause, la valeur des actions de sa société BUA Cement PLC, cotée à la bourse du Nigeria en janvier 2020 a doublé au cours de l’année écoulée passant de 37 dollars à 67 dollars. En janvier 2021, l’action valait 85 dollars. Abdulsamad Rabiu et son fils détiennent 97 % de la société.

Par ailleurs, en 2020, il a multiplié les partenariats avec des entreprises françaises, dont Axens qui doit fournir le cœur technologique d’une nouvelle raffinerie de pétrole ou encore Saint-Gobain pour la réalisation d’une usine de plâtre.

  • Issad Rebrab

Âgé de 77 ans, le fondateur et dirigeant du groupe algérien Cevital est le plus âgé du top dix des plus grosses fortunes africaines. Le groupe est actif dans l’agroalimentaire, l’électroménager, la logistique et l’industrie. Son séjour en prison en 2019 n’a pas affecté l’état de global de sa fortune puisque cette dernière a augmenté de 600 millions de dollars en un an (4,8 milliards de dollars en août 2021).

Si le groupe a tenu bon en 2020, c’est grâce à deux activités : le sucre et les produits gras, activités très rentables en raison d’une forte demande combinée à de faibles coûts de production. Cevital revendique la plus grande raffinerie de sucre au monde et la plus importante raffinerie d’huile du continent. Les derniers chiffres de la société n’ont cependant pas été communiqués.

  •  Naguib Sawiris 

Avec 3,1 milliards de dollars en 2021 selon Forbes, Naguib Sawiris est la huitième plus grosse fortune d’Afrique (contre trois milliards de dollars en 2020). La progression de son patrimoine est la moins importante de ce top dix. Le tycoon égyptien de 67 ans, qui a fait fortune dans les télécoms, est également l’actionnaire majoritaire d’Endeavour Mining, la première société aurifère en Afrique de l’Ouest.

La société canadienne a réussi les fusions-acquisitions de Semafo en avril 2020 puis de Teranga Gold à la fin de janvier 2021. Le 14 juin 2021, Endeavour Mining est entré avec succès à la Bourse de Londres. Sa capitalisation boursière est d’environ 5,9 milliards de dollars. À cela s’ajoute le lancement d’un fonds d’exploitation aurifère de 1,4 milliard de dollars.

  • Patrice Motsepe 

La fortune du président de la Confédération africaine de football (CAF) a plus que doublé entre 2020 et 2021, passant de 1,4 à 3,1 milliards de dollars selon le magazine américain.

En 2016, il a lancé une nouvelle société de capital investissement African Rainbow Capital, axée sur l’investissement en Afrique. Il est également le fondateur de Ubuntu-Botho Investments (UBI), société constituée sur la base du Black Economic Empowerment, qui vise à compenser les inégalités économiques engendrées par l’apartheid et qui bénéficie de conditions favorables d’accès au capital de diverses entreprises. UBI détient plus de 13 % du capital de Sanlam Limited, leader panafricain de l’assurance.

  •  Koos Bekker 

Enfin, à seulement 58 ans, Koos Bekker est le plus jeune du top dix avec une fortune estimée à 2,7 milliards de dollars en 2021 selon Forbes (+ 700 millions).

Le milliardaire sud-africain est le président du groupe de médias et de tech Naspers, qui détient près de 80 journaux et 60 magazines. La société est la plus grande du continent en termes de capitalisation boursière (72 milliards de dollars). En 2019, Naspers a investi des actifs dans deux sociétés cotées en bourse : la société de divertissement Multichoice Group et Prosus. En janvier 2019, il a procédé au rachat total d’Avito, le leader russe des sites de petites annonces.