Économie

RDC : le leader du ciment PPC libéré de son boulet congolais ?

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 14 août 2021 à 18:02

L’usine de PPC au Zimbabwe© DR

Pic de la demande, dette en RDC, vente de filiales… Pour le sud-africain PPC, un des colosses subsahariens du ciment, le cahier de charges s’annonce lourd.

Malgré les restrictions liées à la pandémie dans certains pays où PPC opère – Afrique du Sud, Botswana, Zimbabwe, Rwanda, RDC, Éthiopie – le chiffre d’affaires annuel de PPC a augmenté de +3% entre la fin mars 2020 et la fin mars 2021, passant de 8 671 millions de rand (483 millions de dollars) à 8 938 millions de rand (soit 600 millions de dollars).

La société a su éviter les conséquences de la pandémie en Afrique, en particulier en ce qui concerne la dette de sa filiale en RDC.

Endettement en RDC

En effet, le pays d’Afrique centrale est la principale source d’endettement de la société sud-africaine. En 2014, PPC avait construit en greenfield (à partir de zéro) une cimenterie intégrée pour un coût de 280 millions de dollars. Or, depuis que cette usine capable de produire 1,2 million de tonnes de ciment par an est devenue opérationnelle, l’offre de ciment en RDC a constamment dépassé la