Politique

Bénin : Joël Aïvo reste en prison, son dossier renvoyé en instruction

Mis à jour le 6 août 2021 à 15:01

Joël Aïvo a vu la Cena invalider sa candidature à la présidentielle béninoise du 11 avril.

L’opposant béninois Joël Aïvo reste en détention. Ainsi en a décidé, jeudi 5 août, le juge de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme, à l’issue d’une brève audience. Le dossier dans lequel il est poursuivi est renvoyé en instruction sur demande du procureur spécial.

Poursuivi pour « blanchiment de capitaux et atteinte à la sûreté de l’État », le constitutionnaliste Joël Aïvo, dont la candidature à l’élection présidentielle d’avril 2021 avait été rejetée par la Commission électorale nationale autonome (Cena), est en détention depuis son arrestation, le 15 avril 2021.

Lors de sa première comparution, le 15 juillet, ses avocats avaient, lors d’une audience agitée, réclamé la liberté provisoire pour l’universitaire. Le procureur spécial près de la Criet avait alors jugé cette requête « prématurée ». Pour Mario Mètonou, la présence d’un troisième coaccusé, toujours recherché, était indispensable à la tenue du procès.

Le procureur avait également plaidé pour que la Criet se déclare incompétente et que le dossier soit renvoyé en instruction. Ce jeudi, c’est donc le procureur qui l’emporte sur les avocats de l’ancien doyen de la Faculté de droit de l’Université d’Abomey-Calavi.

Retour à l’instruction

Me Robert Dossou, principal avocat de Joël Aïvo, ne fera pas appel de la décision de la Cour. L’ancien président de la Cour constitutionnelle juge qu’une telle démarche « ne serait pas dans l’intérêt de [son] client ». « Nous préférons aller directement en instruction, pour qu’il y ait confrontation des prétendus faits aux règles de fond en matière de droit pénal », a-t-il confié à l’issue de l’audience.

Au sujet de la demande de remise en liberté provisoire, le clan Aïvo avait encore un mince espoir. Peu après la décision du juge de la Criet, l’universitaire et ses avocats ont rencontré le juge des libertés qui devrait statuer en dernier ressort sur cette question. Mais au terme d’une longue audience, la décision de la juge des libertés est tombée tard dans la nuit. Elle est défavorable à l’opposant béninois. Joël Aïvo va donc rester en prison durant le temps de l’instruction.