Économie

Tunisie : cinq chiffres pour comprendre la crise économique

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 17 août 2021 à 23:17

Zone industrielle d’El Mghira au sein du parc aéronautique, en 2012 (illustration).

Croissance, dette, inflation… Pour comprendre la situation difficile du pays, « Jeune Afrique » analyse ses grands indicateurs économiques.

Les indicateurs économiques de la Tunisie sont dans le rouge. Touché de plein fouet par la pandémie de Covid-19, le pays souffre notamment de la crise du tourisme, qui a durement affecté le secteur des services, ainsi que des perturbations de son secteur industriel et minier (phosphates).

À cela s’ajoute une crise politique qui a pris une nouvelle tournure lorsque le président tunisien Kaïs Saïed a procédé, le 25 juillet, au limogeage du chef du gouvernement Hichem Mechichi et au gel de l’activité de l’Assemblée.

Pour mieux comprendre la situation économique, Jeune Afrique présente cinq graphiques clés de l’économie tunisienne.

  • PIB

En 2020, avec la pandémie de Covid-19, qui a sévèrement touché le pays, le PIB du pays a chuté de 8,6 % sur un an, selon les chiffres de la Banque mondiale (BM). C’est le recul le plus important en Afrique du Nord, hors Libye.

Le recul a été particulièrement marqué dans l’industrie, avec un taux de croissance réelle de – 10,7 %, et les services (– 10,5 %), quand le secteur agricole a, lui, résisté, avec une progression de 4,4 %.

La rue 106 du quartier Ettadhamen (Tunis), en 2012 (illustration).

Ons Abid pour Jeune Afrique

 

La croissance économique devrait repartir à la hausse, avec + 3,8 % attendus sur l’année 2021, et notamment un rebond de l’industrie (+ 9,5 %) et des services (+ 3,8 %). « Cette hausse n’est toutefois pas suffisante pour ramener la production aux niveaux de 2019, avant la pandémie », avertit la Banque mondiale.