L’emblématique rond-point de la Colombe-de-la-Paix, à Lomé. © Louis Vincent pour JA

Cet article est issu du dossier

Lomé, les possibilités d’une ville

Voir tout le sommaire
Culture

Architecture – Lomé : la cité BOAD, petite ville modèle ?

Des villas aux formes et aux couleurs originales, des espaces verts et des rues bien ordonnées, une architecture et un confort hors du commun… À Baguida, sur le littoral est de la capitale togolaise, la Cité BOAD accueille depuis 2017 le personnel de la banque.

Réservé aux abonnés
Par - À Lomé
Mis à jour le 27 septembre 2021 à 13:42

Conçue par l’architecte burkinabè Souleymane Zerbo, la Cité BOAD, construite à Baguida, dans le sud-est de Lomé, a été livrée en 2017. © Caroline Chauvet pour JA

On y entre comme dans une autre dimension. Couleurs éclatantes, artères tracées au cordeau et bitumées, maisons bien alignées, il y a même des bornes à incendie : presque un décor de cinéma. Située à Baguida (dans le sud-est de Lomé), commencée en 2014 et livrée en 2017, la Cité BOAD est un petit monument d’architecture.

Ce programme résidentiel est né de la volonté de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD), avec l’objectif de loger tout le personnel de son siège (basé à Lomé) de manière égalitaire et confortable, dans une même petite cité. En décembre 2011, elle lance un concours d’architecture. « L’esprit, c’était l’uniformité, du chauffeur au grand patron. La BOAD a acheté le terrain [de 7,5 hectares] pour que ses employés puissent y acquérir un logement », explique le Burkinabè Souleymane Zerbo, diplômé de l’École africaine des métiers de l’architecture et de l’urbanisme (Eamau) de Lomé et chef de file du groupement des cabinets Sata Afrique et Bate International, qui a remporté le concours. Les études de voirie et travaux d’assainissement ont été confiés au cabinet Arcade et au groupement Ecia & Lobou Conseils.

La Cité comprend 134 logements et un centre de loisirs, ouvert aux personnes extérieures.

Logements sociaux

« Je pense que ce qui a plu au jury, c’était nos logements hors du commun. On s’est inspiré de la mer, toute proche. Les toitures et les murs ondulés rappellent les vagues, et les trous ronds dans les murs les hublots des bateaux. » Et les couleurs ? « C’était une idée des femmes du cabinet », se souvient l’architecte. Les villas sont toutes identiques, en quatre tailles différentes selon leur type, qui va du deux chambres avec salon au F5, pour un coût allant de 28 millions à 77 millions de F CFA (d’environ 42 700 à 118 000 euros). Toutes ont été conçues de façon à permettre l’ajout d’étages.

« La Cité comprend 134 logements et un centre de loisirs, ouvert aux personnes extérieures [la sécurité est assurée par des gardiens à l’entrée]. Et, pour les constructions, nous avons utilisé du parpaing de ciment, du béton, et nous avons veillé à ce que l’air marin ne dégrade pas facilement le bâti. » Le ciment est le matériau le moins cher au Togo. « Cela reste des logements sociaux, précise Souleymane Zerbo. De même, on n’a pas intégré de panneaux solaires, c’est un peu trop cher. » Budget total : 7,8 milliards de F CFA pour la construction des logements et du centre de loisirs, et 1,9 milliard de F CFA pour les voiries et l’assainissement.

Moins de quatre ans après avoir accueilli ses premiers résidents, la Cité a prospéré, tout comme la commune de Baguida. Si l’achat de maisons était réservé aux seuls employés de la BOAD, rien ne les empêche de mettre leur logement en location. Seule contrainte : les résidents n’ont pas le droit de modifier la couleur des façades, ni de casser un mur de leur maison sans l’accord de la Banque. Car la Cité BOAD, c’est une œuvre d’art et d’architecture à part entière.