Politique

Tunisie : le diplomate Moez Sinaoui, futur ministre ?

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Moez Sinaoui à Tunis, en février 2015.

Moez Sinaoui à Tunis, en février 2015. © Ons Abid pour JA

L’actuel ambassadeur de Tunisie en Italie vient de faire un discret retour à Carthage.

Après avoir pris en main les pouvoirs, gelé l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) et limogé le chef du gouvernement, Hichem Mechichi, le président tunisien Kaïs Saïed n’a pas encore énoncé sa feuille de route et désigné son nouveau Premier ministre. En attendant, le diplomate Moez Sinaoui est venu renforcer ses équipes.

Arcanes du pouvoir

L’ambassadeur de Tunisie à Rome, qui connaît bien les arcanes de Carthage pour avoir été le directeur de communication de la présidence sous Béji Caïd Essebsi en 2015, est de retour au palais.

Il y retrouve les mêmes fonctions. Apprécié par Kaïs Saïed, qui l’a vu à l’œuvre dans la capitale italienne, il serait en lice pour obtenir le portefeuille des Affaires étrangères bien que sa mission actuelle soit prolongée.

Certains lui imputent déjà le limogeage du patron de l’Établissement de la télévision tunisienne, Mohamed Lassaad Dahech. Ce dernier avait prétendu avoir reçu pour directive d’interdire l’accès des plateaux à Amira Mohamed, vice-présidente du Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT), et Bassem Trifi, vice-président de la Ligue tunisienne des droits de l’homme (LTDH).

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer