Politique

Côte d’Ivoire : nouvelles tensions entre le ministre Vagondo et Youssouf Kouyaté, le patron de la police

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Diomandé Vagondo, à Abidjan, le 3 mars 2020.

Diomandé Vagondo, à Abidjan, le 3 mars 2020. © Issam Zejly pour JA

Le bras de fer se poursuit entre les deux généraux, au sujet cette fois de nouvelles affectations au sein de la police. Explications.

Diomandé Vagondo, le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, s’est heurté aux réticences de Youssouf Kouyaté, le directeur général de la police, concernant la diffusion de nouvelles affectations dans les districts et commissariats.

Insubordination

Ce dernier estime que ses propositions n’ont pas été prises en compte, au sujet surtout de certains postes jugés cruciaux, comme dans la commune de Port-Bouët, où l’aéroport international d’Abidjan et le port autonome sont implantés.

La liste des nominations devait être diffusée dès le 22 juillet par message sur le réseau de la police, après transmission du directeur général au poste de commandement radio. Or, elle n’a pas été rendue publique. Et, au cabinet du ministre, cette insubordination est mal passée. Absent d’Abidjan ce jour-là, Diomandé Vagondo a ensuite tenté de calmer ses équipes.

La fameuse liste a finalement été diffusée le 26 juillet, sans qu’aucune modification ait été apportée, et ce malgré le mécontentement du patron de la police. Excédé des défiances de son subalterne, Diomandé Vagondo doit s’en ouvrir au chef de l’État, Alassane Ouattara, et au Premier ministre, Patrick Achi.

Ce n’est pas la première fois que des crispations et des tensions apparaissent entre les deux hommes. Dès sa nomination à son poste, le ministre avait réaménagé l’organigramme de son département, réduisant certaines prérogatives du patron de la police.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer