Finance
JAD20210806-ECO-SERIE-FAMILLES

Cet article est issu du dossier

[Série] La finance en héritage

Voir tout le sommaire
Économie

Tunisie : les Ben Yedder et la finance, une passion bien entretenue (4/5)

Réservé aux abonnés
Par - à Tunis
Mis à jour le 24 septembre 2021 à 16:41

Tunisie : le clan des financiers de la famille Ben Yedder. (Derrière) Béchir et Rachid Ben Yedder, (devant) Hakim ,Karim et Ismail Ben Yedder. © (derriere) Béchir et Rachid Ben Yedder, (devant) Hakim ,Karim et Ismail Ben Yedder Mohamed Hammi-capture Youtube-Instagram/ MONTAGE JA

« La finance en héritage » (4/5). En un demi-siècle, la famille Ben Yedder est devenue un poids lourd du secteur financier tunisien. Si elle y est entrée en sachant saisir une opportunité, elle s’est développée grâce à une politique d’exactitude et de transparence intransigeante.

Les analystes financiers le savent : si un conseil d’administration d’Amen Bank dure plus de trois heures ou que les décisions importantes n’ont pas été prises à l’unanimité, c’est qu’une grave crise couve dans le vaisseau amiral des Ben Yedder.

« Le niveau intellectuel de ces conseils est très dense. Tout est codifié afin que les intérêts de la banque restent au-dessus de ceux des personnes », raconte Ahmed El Karm.

L’ancien directeur général (DG) d’Amen Bank, devenu depuis quelques mois président du conseil d’administration (PCA) de Tunisie Leasing & Factoring (TLF – société de crédit-bail et d’affacturage), pratique la gouvernance de la famille djerbienne depuis près de trente ans.

Le groupe fondé en 1934 par le cafetier Brahim Ben Yedder est, depuis les années 1970, un incontournable du marché financier, avec ses fleurons Amen Bank, septième banque du pays, Comar, deuxième assureur, et Tunisie Factoring & Leasing (TLF), leader du crédit-bail avec 23 % de part de marché.

Autonomie managériale