Politique

[Exclusif] Mauritanie – Mohamed Ould Ghazouani : « Je ne suis pas juge pour dire si Mohamed Ould Abdelaziz est coupable ou non »

Réservé aux abonnés
Par - envoyée spéciale à Nouakchott
Mis à jour le 29 juillet 2021 à 14:16

Mohamed Ould Ghazouani, lors de l’entretien avec Jeune Afrique, le 23 juillet à Nouakchott.

« L’affaire Aziz », le coup d’État au Mali, la disparition d’Idriss Déby Itno, la prochaine visite de Mohammed VI, le retrait de Barkhane, la gestion de la Snim… Sur toutes ces questions, le président mauritanien s’exprime pour la première fois.

S’il est vrai que le pouvoir change un homme, il a en tout cas révélé Mohamed Ould Ghazouani. La personnalité de cet ancien chef d’état-major des armées qui avait jusqu’ici préféré vivre à l’ombre des casernes était nimbée de mystère.

Certes, il était très respecté, son défunt père, Cheikh Mohamed Ahmed Ould El Ghazouani, ayant été le chef d’une grande et influente confrérie soufie de l’est de la Mauritanie. Mais ses intentions comme son caractère demeuraient indéchiffrables. Au point que lorsque sa candidature a été soutenue, en mars 2019, par son proche ami, le président Mohamed Ould Abdelaziz, beaucoup ont pensé qu’ils dirigeraient ensemble le pays, voire que le nouveau venu en politique recevrait directement des ordres de son mentor.

Pourtant, ce général à la retraite, élu trois mois plus tard, s’est vite imposé. Il a apaisé les tensions avec l’opposition, a fait revenir au pays Mohamed Ould Bouamatou et Moustapha Chafi, les ennemis jurés de son prédécesseur, et, surtout, a laissé une Commission d’enquête parlementaire faire un audit des deux mandats d’Aziz.

Aujourd’hui, l’ancien tout-puissant chef de l’État est poursuivi pour, entre autres, corruption et blanchiment d’argent. En résidence surveillée depuis août 2020, il a été placé en détention préventive en juin dernier dans une villa sécurisée située au sein de l’École de police de Nouakchott. Il ne baisse pas les bras pour autant et continue de clamer son innocence.

Mohamed Ould Ghazouani devra limiter les conséquences politiques de cet épineux dossier – en cours d’instruction – sur son premier mandat. Et concrétiser rapidement ses promesses de changement car, confrontés à une crise économique amplifiée par la pandémie de Covid-19, les Mauritaniens s’impatientent.

Ce 23 juillet, le chef de l’État nous a reçus dans son vaste bureau, situé au troisième étage du Palais présidentiel, où il a longuement répondu à nos questions. Entretien.

Jeune Afrique : Le 9 juillet dernier, Mohamed Bazoum, le président nigérien, a critiqué la prise du pouvoir au Mali par les militaires. Le colonel Assimi Goïta est-il légitime ?

Mohamed Ould Ghazouani : Le président Bazoum a explicité sa déclaration, je n’ai rien à ajouter à ce sujet. Le Mali se trouve dans une situation exceptionnelle, qui résulte d’un coup d’État. La légitimité du colonel Goïta ne devait être évaluée que par les Maliens : l’institution chargée de donner son avis a considéré qu’il devait assurer la présidence de la transition. Cette dernière doit déboucher sur un retour à l’ordre constitutionnel. J’ai confiance en l’intelligence des Maliens pour que ce processus se déroule dans les délais impartis.

Assimi Goïta vous a-t-il donné des garanties ?

Oui, nous avons d’ailleurs échangé plusieurs fois par téléphone.

Emmanuel Macron a-t-il eu raison de mettre fin, en juillet, à l’opération Barkhane et de procéder au redéploiement de la présence militaire française au Sahel ?

De l’opération Serval (2013-2014) jusqu’à l’opération Barkhane, la France a beaucoup accompagné le Sahel. Elle a été très présente sur le plan sécuritaire et a contribué à mobiliser des financements en faveur du développement du G5 Sahel. En redéployant son dispositif, elle cherche avant tout à l’adapter à la nature changeante de la menace terroriste. La France ne ménagera pas ses efforts pour continuer à nous épauler, je n’en doute pas.

Justement, face à cette nouvelle menace le G5 Sahel est-il encore efficace ?

Oui. Je ne vois pas en quoi il ne le serait pas. N’oublions pas que c’est une organisation assez récente dans la sous-région.

Il y a des maillons faibles…

Il y en a dans tout dispositif. L’essentiel est que nous ayons tous la volonté d’aller de l’avant, et c’est ce que nous faisons.

Vous avez annoncé un renforcement de l’engagement de la Mauritanie au sein du G5 Sahel, par le biais d’opérations conjointes avec le Mali. Ont-elles commencé, et vos forces se déploieront-elles en territoire malien, ce que votre prédécesseur avait toujours refusé ?

La Mauritanie fait partie du fuseau-ouest, qui inclut le Mali. Des opérations ont été effectivement planifiées et exécutées. Je ne souhaite pas donner davantage de détails, pour des raisons que vous comprendrez aisément.

Après la disparition d’Idriss Déby Itno, il a fallu combler le vide le plus vite possible. »

En avril, vous avez mené des consultations au Tchad, après le décès d’Idriss Déby Itno. L’arrivée au pouvoir de Mahamat Idriss Déby s’est-elle fait dans des conditions démocratiques ? 

Le président Déby a disparu soudainement, et cette disparition ne pouvait pas rester sans conséquences sur le G5 Sahel, pour lequel il s’est tant investi. Une fois passée la consternation, les Tchadiens ont mis en place un dispositif de transition. Je suis de ceux qui pensent qu’il fallait combler le vide le plus vite possible. Nous souhaitons désormais que cette transition mène à des élections, d’ici à dix-huit mois, comme cela a été convenu.

Mohamed Ould Ghazouani et Emmanuel Macron, lors du sommet sur le financement des économies africaines, le 18 mai à Paris.

Ludovic MARIN / POOL / AFP

Venons-en à la Mauritanie. On vous reproche de travailler avec les équipes de vos prédécesseurs. Pourquoi continuez-vous à gouverner avec cette classe politique ?

Cette catégorisation est assez artificielle et pas très pertinente. Alors que nous recherchons la compétence et l’expérience, nous nous priverions d’au moins 80% des cadres mauritaniens si nous étions dans cette logique. Ce ne serait dans l’intérêt de personne, et surtout pas du pays. On n’exclut pas des hommes et des femmes au seul motif qu’ils ont, à moment donné, travaillé avec un de nos anciens régimes. Cela n’empêche pas d’introduire de nouveaux visages, ce que nous continuons à faire.

Lors de votre campagne, vous aviez promis aux Mauritaniens de faire de la justice sociale et de l’éducation vos priorités. Que répondez-vous à ceux qui vous accusent de ne pas agir assez vite ?

Je ne pense pas que rien n’a été fait jusqu’à présent, au contraire ! Nos efforts sont permanents. Nous avons réalisé beaucoup de choses importantes en dépit du contexte particulièrement difficile dû à la pandémie de Covid-19 et à ses conséquences sociales, sanitaires et économiques désastreuses. Nous sommes conscients qu’il faut réduire les disparités sociales, qui subsistent. C’est pourquoi nous avons créé la Délégation générale Taazour, qui a déjà mis en place des programmes de solidarité très ambitieux.

Quant à l’éducation, nous en avons fait un vaste chantier dès notre arrivée. Plusieurs réformes, dont la dernière remonte à 1999, n’avaient jamais été mises en œuvre correctement. Un Conseil national de l’éducation a été créé et une loi doit être votée d’ici à la fin de l’année.

Quand nous sommes arrivés, nous manquions cruellement d’effectifs ; nous avons recruté 6 000 enseignants en deux ans. Nous manquions également de 5 000 salles de classe ; 2 000 sont en cours de construction. Le budget alloué à l’éducation, en termes de masse salariale, est passé de 48 milliards d’anciens ouguiyas [112 millions d’euros] à 63 milliards.

Répondrez-vous à la demande de l’opposition, qui réclame l’organisation d’un dialogue national ?

Lorsque l’on parle de dialogue national, on a aussitôt tendance à croire que l’on se trouve face à une situation de crise. Or, ce n’est pas le cas en Mauritanie. Nous avons déjà fait une ouverture en direction de l’opposition et de la société civile.

Il est possible d’avoir des visions et des programmes différents, et de se retrouver pour s’écouter les uns les autres. Plutôt qu’un dialogue, nous devons organiser des échanges et souhaiter qu’ils débouchent sur des conclusions positives, que nous n’aurons aucun complexe à mettre en œuvre.

Pourquoi avoir autorisé le retour, à Nouakchott, de l’homme d’affaires Mohamed Ould Bouamatou et de Moustapha Chafi, l’ancien conseiller de Blaise Compaoré ?

Dès l’instant où la justice a abandonné les poursuites à leur encontre, il est devenu tout à fait naturel qu’ils rentrent au pays. Ils vivent ici en tant que citoyens libres de leurs mouvements.

Comment solder « le passif humanitaire », né des disparitions et des expulsions de Mauritaniens noirs entre 1989 et 1991 ?

Ce que l’on appelle chez nous le passif humanitaire découle d’une situation que tous les Mauritaniens déplorent. On ne peut pas toujours remettre ce dossier sur la table en disant que rien n’a été fait. Il y a eu des indemnisations. Nous sommes néanmoins disposés, s’il y a encore des manquements, à faire davantage.

Maaouiya Ould Taya, qui était président à cette époque, vit toujours en exil au Qatar. Son retour est-il envisageable, et confirmez-vous lui avoir parlé après votre investiture ?

C’est inexact, nous ne nous sommes pas parlé. Son retour n’a jamais été envisagé, ni par lui, ni par moi. Le fait que Maaouiya Ould Taya ne soit pas en Mauritanie aujourd’hui résulte de sa propre volonté. Le jour où il décidera de revenir, il reviendra certainement.

En mai dernier, vous avez nommé au poste de ministre de l’Enseignement supérieur Amal Sidi Cheikh Abdallahi, la fille de l’ex-président Sidi Ould Cheikh Abdallahi, que vous aviez contribué à renverser en 2008. Est-ce un signe d’apaisement envoyé à sa famille ?

Il faut plutôt y voir un message envoyé à la femme, voire à la jeunesse. On ne nomme pas une personne parce que son père est un ancien président, mais parce qu’on estime qu’elle a les qualités requises.

Aviez-vous rétabli le dialogue avec son père, avant son décès en novembre 2020 ?

Je n’aime pas parler des gens qui ne sont plus parmi nous… Même si, à un moment donné, nous avons eu des divergences concernant la gestion du pays, celles-ci ne m’ont jamais empêché d’avoir du respect et de la considération pour sa personne.

Votre début de mandat est en partie perturbé par ce qui est devenu « l’affaire Aziz ». Votre prédécesseur, Mohamed Ould Abdelaziz, clame son innocence et demande à ce qu’on lui fournisse des preuves de ses malversations. De quels éléments concrets dispose la justice ?

Vraiment, je ne sais pas. Je m’interdis en effet, depuis mon accession au pouvoir, de m’intéresser aux dossiers qui se trouvent entre les mains de la justice. Le rapport de la Commission d’enquête parlementaire a été transmis à la justice. L’indépendance du pouvoir judiciaire ne m’autorise pas à parler de ce dossier.

Si j’avais dû laisser quelqu’un exister, ça aurait été l’ancien président Ould Abdelaziz. »

Êtes-vous personnellement convaincu de sa culpabilité ? 

Je ne suis pas juge, pour dire s’il est coupable ou non.

Ould Abdelaziz ne cesse de dénoncer un règlement de comptes politique et vous accuse d’être à la manœuvre. La Commission d’enquête aurait été, selon lui, créée par des députés qui vous sont proches, dont votre beau-fils.

Depuis mon arrivée au pouvoir il n’y a pas eu d’élections législatives, les dernières remontent à 2018. Donc on ne peut pas dire que ces députés m’étaient particulièrement proches, même si je me réjouis aujourd’hui de ma majorité. Les Mauritaniens savent très bien dans quelles conditions la Commission d’enquête parlementaire a vu le jour. Je ne pense pas que l’on puisse me reprocher d’avoir interféré ni dans sa création, ni dans la conduite de ses enquêtes.

Alors qu’Ould Abdelaziz a quitté ses fonctions à l’issue de son second mandat, conformément à la Constitution, de nombreux observateurs estiment que ses ennuis judiciaires pourraient pousser certains présidents à s’accrocher au pouvoir…

Je ne connais aucun président qui demande une immunité éternelle. Le fait d’avoir peur de la justice ou de rendre des comptes n’est pas le meilleur moyen de développer et d’approfondir la démocratie dans nos pays.

Vous avez été très proche de votre prédécesseur pendant près de quarante ans. À quel moment cette amitié s’est-elle fissurée ?

Je préfère ne pas parler de mes sentiments. Cela reste personnel.

Une fois élu, auriez-vous été prêt à travailler avec lui ?

Même si, là encore, cette question est d’ordre personnel, je vous réponds. Si j’avais dû laisser quelqu’un exister, ça aurait été lui. Je pense qu’un ancien chef d’État doit conserver un grand prestige et jouir de la considération de tous, dans son pays comme à l’étranger. Et le président en exercice est le premier à devoir lui témoigner ces égards.

Lors de l’entretien avec Jeune Afrique, le 23 juillet.

© Watt Abdel Jelil

Mohamed Ould Abdelaziz était proche du Polisario. Vous-même continuez à recevoir ses émissaires, comme Bachir Mustapha Sayed, le ministre conseiller des Affaires politiques, en mars. La Mauritanie entend-elle rester neutre ?

C’est la position que la Mauritanie a adoptée depuis qu’elle est sortie du conflit. Elle a souhaité entretenir de bonnes relations avec toutes les parties. Cette « neutralité positive » doit être mise à profit pour tenter de rapprocher les points de vue et de trouver une solution.

Mohammed VI a été convié à se rendre chez nous et il a accepté. »

Après cette visite, votre ministre des Affaires étrangères n’a pas été reçu par le roi Mohammed VI. Des tensions ont-elles ressurgi avec le Maroc ?

Nos relations avec le royaume sont exemplaires. Mes échanges avec Sa Majesté le roi sont multiples, aussi bien par correspondance que par téléphone. Il m’a même invité à me rendre au Maroc, ce que j’ai accepté. Lui aussi a été convié à se rendre chez nous et il a également accepté. Nous avons chargé un service diplomatique de coordonner l’organisation de ces visites.

Vous êtes réputé proche des milieux militaires algériens et étiez notamment ami avec le chef d’État-major Ahmed Gaïd Salah [décédé en décembre 2019]. Vos relations ne sont-elles pas plus fluides avec Alger qu’avec Rabat ?

Certes, lorsque j’étais chef d’État-major de l’armée mauritanienne, je me rendais assez souvent en Algérie, et notamment à Tamanrasset, pour assister à des réunions du Comité d’état-major opérationnel conjoint (Cemoc), chargé de lutter contre le terrorisme. Cela dit, nos relations sont aussi fluides avec le Maroc qu’avec l’Algérie.

Vous avez rétabli vos relations diplomatiques avec le Qatar. Sur quels points précis ont porté les négociations ?

Nous avons décidé d’un commun accord de rétablir nos relations bilatérales et nous l’avons fait. C’était plus simple que vous ne le pensez.

Un rapprochement avec Israël est-il envisageable ?

Nous sommes tenus de prendre en considération la volonté du peuple mauritanien, très attaché à la question palestinienne. Il considère qu’il n’y a pas de solution sans État palestinien, avec comme capitale Jérusalem-Est. Le peuple palestinien doit recouvrer ses droits à l’indépendance et à la création d’un État souverain. C’est une question de justice.

Aujourd’hui, le cours du fer est au plus haut, et les résultats de la Société nationale industrielle et minière (Snim) sont excellents. Sa gouvernance et son management sont-ils pour autant meilleurs qu’hier ?   

La Snim est une entreprise importante pour notre pays. Elle connaît des problèmes, il y a des goulots d’étranglement au niveau de sa production. La conjoncture est bonne, mais le prix du fer n’est pas le seul paramètre pour juger de ses performances.

Elle peine en effet à améliorer sa production, qui stagne autour de 11 millions de tonnes depuis sa nationalisation, en 1973… 

Non, celle-ci augmente. En 2019, elle a atteint 12 millions de tonnes et, en 2020, 12,5 millions. Cette année, nous visons 13 millions. La tendance est bonne, mais je ne vous cache pas que les conditions sont difficiles. L’usine de Guelb II, à Zouérate, qui aurait dû produire 4 millions de tonnes de minerai, n’en fournissait à notre arrivée que 1 million. Aujourd’hui, elle en produit 2,5 millions.

Nous sommes également confrontés à un problème de ressources humaines, la relève n’ayant pas été préparée. Nous essayons, par ailleurs, de mettre à profit la conjoncture pour anticiper le paiement de la dette de la Snim. Celle-ci est prête à payer ses créanciers à l’avance. Enfin, son outil de production est assez vétuste et nous voulons le moderniser.

Alors que votre pays pourrait vivre quasi-exclusivement de la pêche, ce secteur est encore peu valorisé. Pourquoi ? 

Effectivement, la Mauritanie dispose d’importantes ressources halieutiques, tant en quantité qu’en qualité. La nouvelle stratégie adoptée en 2015 est bonne, mais son application n’est pas exempte de défauts, par exemple en matière de surveillance du domaine maritime.

Par ailleurs, nos ressources sont vendues et exportées à l’état brut, ce qui ne va pas dans le bon sens. Pour améliorer la transformation et le stockage, nous essayons d’attirer les investisseurs, nationaux comme étrangers.

L’exploitation, conjointe avec le Sénégal, du champ gazier de Grand Tortue-Ahmeyim doit débuter en 2023. Comment pouvez-vous rassurer les Mauritaniens sur la bonne gestion de ces nouvelles ressources ?   

Le président Macky Sall et moi-même tenons à ce que tout se passe en totale concertation. Il s’agit d’un projet stratégique pour nos deux pays. Tout sera mis en œuvre pour que l’accompagnement de nos administrations ne fasse pas défaut, que nos partenaires, BP et Kosmos, soient rassurés, et que ces revenus puissent profiter au développement de nos pays respectifs.

Le président sénégalais Macky Sall et son homologue mauritanien Mohamed Ould Ghazouani, à Nouakchott, le 17 février.

Présidence du Sénégal

La pandémie de Covid-19 a-t-elle modifié la manière dont vous abordez les défis économiques et sociaux de votre pays ?  

Naturellement. Elle nous a beaucoup affecté, mais aussi beaucoup appris. Nous étions de ceux qui étaient les moins outillés pour y faire face. Notre système de santé n’était pas du tout préparé en raison du manque d’investissements. Au début de la pandémie, nos hôpitaux ne pouvaient guère accueillir plus de 12 patients en réanimation ; aujourd’hui, nous disposons de 348 places. Nous estimons avoir bien réagi, aussi bien par la sensibilisation des populations que par la création de structures telles que le Fonds de solidarité, géré par une commission impliquant l’État et la société civile.

Nous avons essayé de soutenir la frange la plus fragile de la société en distribuant des cash-transferts et en mettant à sa disposition des denrées alimentaires. Face à la troisième vague, un hôpital où ne seront traités que des patients atteints du Covid va ouvrir ses portes et, dans toutes les structures médicales, des salles leur seront réservées.

Nos partenaires du G5 Sahel doivent nous aider à combler le déficit engendré par notre effort de guerre. »

Continuez-vous de plaider en faveur d’une annulation de la dette des pays du G5 Sahel ?

Ces pays font face à un double défi : la menace sécuritaire et le développement. Or, notre engagement en matière de lutte antiterroriste s’est fait aux dépens de secteurs vitaux tels que la santé ou l’éducation. Nous ne demandons pas à nos partenaires de financer notre effort de guerre mais de nous aider à combler le déficit qu’il engendre.

Notre endettement est devenu insupportable. C’est pourquoi nous plaidons pour l’effacement de la dette. Nous sommes reconnaissants au G20 de nous avoir accordé un moratoire pour les années 2020 et 2021, mais ce n’est pas suffisant.

Briguerez-vous un nouveau mandat, en 2024 ?

C’est encore loin ! La priorité est mon mandat actuel. Si j’annonçais ma candidature, cela créerait un climat de campagne, et non de travail.

Vous êtes un militaire de carrière. Depuis quand nourrissiez-vous l’ambition d’être président ?

Je ne l’avais jamais planifié.

Une opportunité s’est donc présentée à vous ?

On peut dire cela, même s’il est difficile de réduire une élection présidentielle à une simple opportunité.

Allez-vous prendre des vacances ?

En août, nous essaierons de nous organiser, au gouvernement, afin que ceux qui n’ont pas pris de congés depuis deux ans puissent partir en vacances. Les nouveaux venus patienteront. Pour ma part, si je dois m’absenter, ce ne sera pas long.