Économie

Réforme du CFA : tout ce qu’il faut savoir sur le nouveau calendrier

Réservé aux abonnés
Par - à Ouagadougou
Mis à jour le 9 août 2021 à 10:00

La transition vers l’eco aura des répercussions tant sur les grands équilibres économiques que sur les transactions du quotidien.

Les dirigeants ouest-africains ont trouvé un compromis pour relancer la monnaie unique de la Cedeao, censée entrer en vigueur dès 2027. Décryptage.

La monnaie commune de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) se fixe un nouvel horizon. Lors du dernier sommet de l’institution régionale à Accra fin juin 2021, le comité ministériel présidé par le ministre ghanéen des Finances, Ken Ofori-Atta, a avalisé une nouvelle feuille de route pour le lancement de l’eco, appellation choisie pour la future monnaie unique, désormais prévue pour 2027.

En attendant cette perspective et alors que la Communauté reste mobilisée pour éviter les dérapages budgétaires liés à l’impact de la pandémie de Covid-19 sur les performances macroéconomiques des États, ceux-ci ont été dispensés pour cette année du respect des critères de convergence.

Interrogé par Jeune Afrique, un économiste ouest-africain bien informé des discussions souligne « l’effort accompli pour rapprocher les positions des protagonistes », en l’occurrence les anglophones d’un côté et les membres de la zone franc de l’autre, et fournir « un cahier des charges détaillé pour la création de la monnaie unique ». Mais il craint que « les reports successifs, depuis 1987, ne nuisent à la crédibilité du projet ».