Économie

La vie sans le franc CFA : l’Afrique de l’Ouest est­-elle prête ?

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 27 août 2021 à 19:01

La transition vers l’eco aura un impact tant sur les grands équilibres économiques que sur les transactions du quotidien.

Comment les dirigeants économiques de la zone Uemoa (banquiers, économistes, gestionnaires de fonds…) font face à la métamorphose du franc CFA ? Jeune Afrique a mené l’enquête.

Après un nouveau report du lancement de la monnaie unique de la Cedeao qui devait voir le jour en 2020, la date putative de la transition est fixée à 2027 par les quinze chefs d’État et de gouvernement concernés. Est-ce que cette fois sera la bonne ? Le doute est légitime, car le délai pour créer l’eco est très court. Les huit pays membres de l’Uemoa tardent à ratifier l’abandon de l’anachronique franc CFA. Le Nigeria boude cette démarche des pays francophones. On voit peu d’amélioration de la convergence entre les États candidats à l’union monétaire. Le cours de l’eco sera-t-il fixe ou flexible? Sa Banque centrale sera-t-elle vraiment indépendante ?

Les acteurs économiques sont nombreux à se préoccuper du flou qui entoure cette révolution monétaire et l’expriment dans un éventail d’analyses qui va de l’optimisme à l’inquiétude la plus vive. Représentants de ces deux extrêmes :  Jean-Luc Konan, directeur général de Cofina (spécialiste de la mésofinance), et Luc Rigouzzo, cofondateur de la société de capital-investissement Amethis.

Les techniques de change ne bougeront pas

L’Ivoirien Jean-Luc Konan constate cette inquiétude chez ses partenaires qui sont habitués à la sécurité du franc CFA, mais il ne la partage pas. « J’ai travaillé au Ghana et j’ai constaté que le change flexible était parfaitement gérable, rappelle-t-il. Il nous force à anticiper les gains et les risques de nos opérations, à renforcer nos compétences en matière de gestion du risque de change. Nous quittons d’ailleurs le confort de l’arrimage à l’euro à chaque fois que nous faisons des transactions en dehors de la zone notamment avec la Chine ou les États-Unis. Les techniques de change ne bougeront pas. »