Politique

Cameroun : manifestation contre Paul Biya à Genève

| Par Jeune Afrique
Le chef de l’État camerounais Paul Biya, à Pékin, en mars 2018.

Le chef de l’État camerounais Paul Biya, à Pékin, en mars 2018. © Lintao Zhang/Pool via Reuters

Une centaine de Camerounais ont manifesté samedi à Genève contre le président Paul Biya, qui séjourne depuis une semaine à l’hôtel Intercontinental, l’un des plus luxueux de la ville suisse.

L’hôtel accueille régulièrement les dirigeants étrangers en visite dans le pays. Paul Biya est un visiteur privé habitué des lieux.

Samedi, les manifestants brandissaient des pancartes proclamant « La Suisse soutient le dictateur Biya », « Paul Biya : éternel dictateur », ou encore « Biya dégage ». Face à eux, des policiers en uniformes anti-émeute bloquaient la route menant de la place des Nations, devant le palais des Nations unies, à l’hôtel. Certains manifestants ont ensuite tenté à plusieurs reprises de forcer le passage et jeté des oeufs sur les policiers, selon l’agence suisse ATS.

Canons à eau et gaz lacrymogènes

Ces derniers ont fait usage de canons à eau, gaz lacrymogènes et balles en caoutchouc, contraignant la foule à se disperser. Deux personnes ont été légèrement blessées et une autre arrêtée. Un homme portait un t-shirt sur lequel on pouvait lire « Stop au génocide des Camerounais ». Un autre manifestant a été arrêté par la police après avoir tenté d’escalader les grilles du bâtiment de l’ONU.

Depuis le début de la visite du président camerounais, plusieurs petits groupes d’opposants ont été dispersés à Genève. Trois personnes ont été arrêtées en début de semaine, tandis qu’une douzaine d’autres ont été placées en détention vendredi.

La manifestation de samedi à Genève a été initialement autorisée, puis interdite. La police avait prévenu dans un communiqué mercredi que, comme cela s’était déjà produit lors de précédentes mobilisations anti-Biya, elle pourrait dégénérer et « causer des désagréments ». Il a également été conseillé aux habitants « d’éviter de se déplacer dans le quartier », où des restrictions de circulation ont été mises en place.

Avec AFP

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3103_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer