Politique

Côte d’Ivoire : comment Kandia Camara a succédé à Hamed Bakayoko à la mairie d’Abobo

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 12 juillet 2021 à 20:28

Kandia Camara est la nouvelle maire d’Abobo. © MAE COTE D’IVOIRE

Le conseil municipal d’Abobo a élu ce 12 juillet la successeure du défunt Premier ministre Hamed Bakayoko, avec plusieurs jours de retard. Les débats au sein du RHDP ont en effet duré plus longtemps que prévu… 

Après le décès de Hamed Bakayoko le 10 mars, la question de son remplacement à la mairie d’Abobo, n’a pas été immédiatement tranchée. Trois candidats du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) – Kandia Camara, Brahima Ouattara et Jeanne Peuhmond – comptent parmi les favoris. Mais lorsque cette dernière, première adjointe au maire, renonce à briguer le poste, un duel s’amorce entre les deux autres prétendants.

Bictogo à la manœuvre

Dès le début des discussions, Adama Bictogo est à la manœuvre pour défendre les positions du parti au pouvoir, dont il est le directeur exécutif. Le 6 juillet, il va ainsi à la rencontre des responsables des structures du RHDP dans cette commune du nord d’Abidjan afin de sonder leurs intentions. Ceux-ci expriment alors leur soutien à la candidature de la ministre des Affaires étrangères et maire honoraire Kandia Camara. Mais les dés ne sont pas encore jetés.

Une autre rencontre visant à dégager un consensus doit avoir lieu le 8 juillet, mais elle est finalement annulée. La session du conseil municipal, initialement prévue le lendemain, est elle aussi reportée. Selon nos informations, Adama Bictogo reçoit le quatrième adjoint Brahima Ouattara le 9 juillet afin de l’informer que le choix du président Alassane Ouattara se porte sur sa concurrente.

Kandia Camara a donc été élue le 12 juillet à l’unanimité par les 44 membres du conseil municipal présents – sur 48 (38 étiquetés RHDP, 10 dans l’opposition). Pour le moment, l’équipe reste la même. La ministre fait partie de ceux qui avaient poussé Hamed Bakayoko, alors député de Séguéla, à se présenter. Elle avait alors insisté auprès d’Alassane Ouattara et de l’ancien Premier ministre Amadou Gon Coulibaly sur la nécessité de cette candidature.