Politique

Côte d’Ivoire : Ouattara, Gbagbo, Bictogo, Soro… Les vérités d’Amadou Soumahoro

Réservé aux abonnés | | Par - à Abidjan
Mis à jour le 13 juillet 2021 à 12h27
Alassane Ouattara et Amadou Soumahoro, le président de l’Assemblée nationale ivoirienne, à Abidjan le 1er avril 2019.

Alassane Ouattara et Amadou Soumahoro, le président de l'Assemblée nationale ivoirienne, à Abidjan le 1er avril 2019. © REUTERS/Thierry Gouegnon

Des équilibres entre majorité et opposition au sein de l’Assemblée nationale qu’il préside au retour de l’ancien président en passant par les relations entre les caciques de la majorité présidentielle, Amadou Soumahoro se pose en premier partisan du chef de l’État, Alassane Ouattara.

Il a le sourire large, Amadou Soumahoro, lorsqu’il nous reçoit dans son bureau de l’Assemblée nationale, à la décoration aussi sobre et classique que la nouvelle posture qu’entend adopter son propriétaire. Ancien tenant de l’aile « dure » du Rassemblement des Républicains (RDR, d’Alassane Ouattara), il tient désormais un discours aux antipodes de ceux qui étaient les siens lorsqu’il faisait figure de « faucon » du camps présidentiel. Réélu fin mars à la tête de l’Assemblée nationale, où il avait déjà succédé à Guillaume Soro, Amadou Soumahoro se veut désormais un homme de dialogue et de réconciliation. Parfaitement dans la ligne au sein de la majorité présidentielle.

L’homme n’en manie pas moins l’ironie mordante. « Vous vous souvenez, il y a encore quelques semaines, la rumeur m’avait tué ! », lâche-t-il dans un grand sourire à peine la porte franchie. De fait, l’état de santé de ce ténor de la scène politique ivoirienne a fait l’objet de nombreuses spéculations dans les semaines ayant suivi sa réélection. « Vous le voyez, je vais très bien ! », assure celui qui vient d’être reconduit à la présidence de l’Assemblée des parlementaires francophones (APF), ponctuant à nouveau sa phrase d’un sourire rassurant.

Mais dès qu’il s’agit d’aborder les questions politiques, du retour de Laurent Gbagbo à la situation de Guillaume Soro, des bisbilles internes à la majorité présidentielle à son propre rôle à la présidence de l’Assemblée nationale, plus question de plaisanter : Amadou Soumahoro livre ses vérités, en pesant chaque mot.

Amadou Soumahoro, dans son bureau de l’Assemblée nationale.

Amadou Soumahoro, dans son bureau de l’Assemblée nationale. © DR : Assemblée nationale ivoirienne

Jeune Afrique : Quelles sont vos relations avec Adama Bictogo, qui se présente volontiers comme le « numéro deux » de l’Assemblée nationale, à l’image d’une sorte de « premier vice-président » ?

Amadou Soumahoro : Aucun texte ne consacre un tel poste de premier vice-président de l’Assemblée nationale. Il a existé sous l’ancienne Constitution. Mais ce poste de premier vice-président de l’Assemblée nationale a été supprimé.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 9,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer