Archives

La messe est-elle dite pour Hugh Johnson ?

À moins d’un revirement de dernière minute, le pasteur américain Hugh Johnson, 74 ans, ancien président de l’Église protestante en Algérie (EPA), devrait faire ses adieux à ce pays devenu, au fil du temps, sa seconde patrie. « La police m’a notifié de quitter le territoire algérien dans un délai de quinze jours, c’est-à-dire au plus tard le 11 mars. » Bien que le ministre des Affaires religieuses s’en défende, tout porte à croire que l’expulsion de Johnson est liée à la polémique sur le prosélytisme évangéliste qui agite aujourd’hui le landernau algérien.
Johnson et sa femme Shirliann sont arrivés à Larba Nath Irathen, en Kabylie, en 1963. Ancienne garnison française, Larba (ex-Fort national) abrite une église méthodiste fréquentée par de nombreux convertis. C’est que dans ce village perché sur les crêtes du Djurdjura, Johnson est presque dans son élément. « Je suis un montagnard des Appalaches et les Kabyles aussi sont des montagnards, je me sens chez moi », avait-il coutume de dire. Originaire de Middlesbrough (État du Kentucky), Hugh Johnson a la foi chevillée au corps. Ancien étudiant à Yale, à la Hartford Seminary Foundation et à l’université de Grenoble en France, il est titulaire d’un Bachelor of Arts degree à Ashland en Virginie, d’un Master of Divinity degree au Wesley Theological Seminary à Washington DC, d’un Master of Arts et d’un Ph.D. en relations internationales. Polyglotte, il parle sept langues, dont l’arabe et le berbère.
En Kabylie, aussi bien qu’à Alger, qu’il avait rejoint en 1974 date à laquelle l’Église protestante en Algérie avait été officiellement reconnue, le révérend jouissait de l’estime et de la sympathie de la population musulmane. Celle-ci ne voyait pas d’un mauvais il cet homme qui pourtant prêchait l’Évangile.
Victime en janvier 2005 d’une agression au couteau, Hugh Johnson a refusé de quitter Alger. « Je reste optimiste, avec une grande espérance en la maturité de ce pays et je continue à les aimer. Ils sont devenus mon peuple. Je ne me sens plus étranger depuis longtemps », disait-il au lendemain de cette attaque.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte