Politique

Mali-Niger : Bamako proteste après les critiques de Mohamed Bazoum sur les militaires putschistes

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mohamed Bazoum, à Paris en 2019.

Mohamed Bazoum, à Paris en 2019. © KENZO TRIBOUILLARD/AFP

Bamako a vivement « protesté » samedi contre des propos critiques envers les militaires maliens putschistes du président nigérien Mohamed Bazoum, jugeant qu’ils allaient « à l’encontre des relations d’amitié et de fraternité » entre les deux pays.

Le chef d’État nigérien a critiqué vendredi la propension des colonels au Mali – auteurs de deux coups d’État en moins de neuf mois, dont le dernier en mai -, à prendre le pouvoir après des revers militaires. « Il ne faut pas permettre que les militaires prennent le pouvoir parce qu’ils ont des déboires sur le front (…), que les colonels deviennent des ministres ou des chefs d’État », a déclaré vendredi Mohamed Bazoum, lors d’une conférence de presse commune avec son homologue français Emmanuel Macron à Paris.

« Qui va faire la guerre à leur place ?, a-t-il ajouté. Ce serait facile si chaque fois qu’une armée de nos pays a un échec sur le terrain, elle vient prendre le pouvoir ! (…) Ce ne sont pas des choses acceptables ».

« Vive protestation »

« Suite aux propos » du président nigérien, le ministre malien des Affaires étrangères et de la coopération internationale du Mali Abdoulaye Diop a « reçu ce vendredi 9 juillet l’ambassadeur de la République du Niger au Mali » Mamoudou Moumouni, selon un communiqué du ministère malien publié samedi.

« Le ministre a tout d’abord fait part de l’étonnement du gouvernement malien face à de tels propos et a en conséquence élevé, au nom du gouvernement de la République du Mali, une vive protestation auprès du gouvernement de la République du Niger », ajoute le communiqué.

« Le gouvernement du Mali tient à rappeler que le Niger et le Mali, liés par l’histoire et la géographie, ont toujours développé de solides relations d’amitié et de fraternité qui n’appellent qu’à être renforcées. Une telle déclaration va malheureusement à l’encontre de cet esprit ». Bamako estime que les deux pays « devraient plutôt unir leurs efforts » pour lutter contre « l’extrémisme violent, le terrorisme et le Covid-19 ».

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer