Justice

Maroc : le journaliste Soulaimane Raissouni condamné à cinq ans de prison

| Par Jeune Afrique avec AFP
Rassemblement de journalistes, à Tunis, en soutien à Omar Radi et Soulaimane Raissouni.

Rassemblement de journalistes, à Tunis, en soutien à Omar Radi et Soulaimane Raissouni. © AFP

La justice marocaine a condamné vendredi le journaliste Soulaimane Raissouni à cinq ans de prison pour « agression sexuelle » en son absence car il est en grève de la faim depuis 93 jours.

Depuis mai 2020, Soulaimane Raissouni, 49 ans, est en détention préventive suite à une plainte d’un militant LGBT pour « agression sexuelle », des faits qu’il conteste. Ses soutiens dénoncent un « procès politique », tandis que le plaignant se défend d’être « instrumentalisé politiquement ».

Dans l’après midi, le juge a ordonné de faire venir le journaliste, absent de son procès depuis mi-juin, afin qu’il entende sa sentence, mais l’accusé a « refusé », d’après un procès-verbal lu au cours de l’audience à la Cour d’appel de Casablanca. « C’est une boucherie judiciaire, comment peut-on condamner un accusé en son absence ? C’est du jamais vu ! Le verdict est à l’image de ce procès », a déclaré Me Miloud Kandil, l’avocat de Soulaimane Raissouni, à la sortie de la salle d’audience.

Refus du juge de l’hospitaliser

La défense ne plaidait plus depuis mardi pour protester contre le refus du juge d’hospitaliser puis de faire venir l’accusé, qui n’a pas été auditionné par la cour. Le journaliste, qui est par ailleurs l’oncle de la journaliste Hajar Raissouni détenue pendant six semaines en 2019 pour « avortement illégal » et « relations sexuelles hors mariage », s’est dit prêt à assister à son procès, à condition « d’être transporté en ambulance et d’avoir un fauteuil roulant ». Son absence a été considérée comme un « refus » par la cour qui a décidé de poursuivre sans lui.

Durant l’ultime audience, le parquet a requis la peine maximale pour l’accusé estimant que ses déclarations sont « contradictoires » tandis que celles du plaignant ont été jugées « concordantes et cohérentes ». La peine de Soulaimane Raissouni a été assortie d’un dédommagement au plaignant de 100 000 dirhams (environ 9 500 euros).

Le plaignant a réaffirmé durant son audition jeudi devant le juge « sa version des faits telle que racontée à la police et au juge d’instruction », niant que cette affaire soit « instrumentalisée politiquement », a indiqué son avocat Me Omar Alouane.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer