Politique

Tunisie : violences, insultes, plaintes… Chamboule-tout à l’Assemblée

Réservé aux abonnés | | Par
Mis à jour le 12 juillet 2021 à 13h38
Kaïs Saïed prête serment en tant que nouveau président de la Tunisie lors d’une cérémonie à l’Assemblée tunisienne des représentants du peuple, à Tunis, le 23 octobre 2019.

Kaïs Saïed prête serment en tant que nouveau président de la Tunisie lors d'une cérémonie à l'Assemblée tunisienne des représentants du peuple, à Tunis, le 23 octobre 2019. © Khaled Nasraoui/DPA /ABACA

De véritables scènes de foire ternissent les rangs de l’hémicycle et bouleversent le calendrier politique.

La scène politique tunisienne connait des relents de mauvais sitcom. Après des vagues d’unions et de désunions qui composent et décomposent régulièrement l’arène des blocs parlementaires, ce sont désormais les violences qui s’invitent sporadiquement au sein de l’hémicycle.

La présidente du Parti destourien libre (PDL), Abir Moussi, en a fait les frais le 30 juin en pleine séance plénière. En cause : une divergence de vue autour de l’accord pour l’ouverture d’un bureau du fonds du Qatar pour le développement en Tunisie. Giflée et bousculée par le leader de la coalition Al Karama Seifeddine Makhlouf et l’ex-député du même groupe, Sahbi Smara, elle a depuis reçu des soutiens quasi unanimes de la classe politique et de la société civile (Ligue des droits de l’homme, Association des femmes démocrates…).

Sanctions légères

Les deux hommes sont désormais soumis à la « peine maximale » prévue par le règlement intérieur de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), sur décision de son bureau le 5 juillet. Cela correspond à une simple privation de prise de parole durant trois séances consécutives. Une peine jugée légère par de nombreux observateurs face à de telles violences, par ailleurs passibles de poursuites judiciaires.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 9,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer