Économie

Elon Musk : Starlink, fausse bonne idée pour l’Afrique ?

|

Par  POV

Dessinateur de presse, William Rasoanaivo - alias POV - vit et travaille à Maurice.

POV

© POV

Le natif de Pretoria, patron de Tesla et SpaceX, vient de lancer son nouveau projet, Starlink, dont il promet qu’il permettra à tous d’accéder à internet de n’importe où sur le globe. Mais c’est sans compter le coût.

Toujours aussi ambitieux qu’imaginatif, Elon Musk se lance dans le marché de l’Internet. Son objectif est de desservir le monde entier avec, à la clé, une connexion haut débit qui permettra à l’utilisateur de contourner son opérateur local en s’abonnant directement auprès de Starlink.

Depuis plusieurs années, l’inventeur de la marque de voitures électriques Tesla s’est lancé à la conquête de l’espace. Starlink met en contribution quelque 1 500 petits satellites formant un réseau autour de la planète. Et le système permettra, selon les promesses de son concepteur, de fournir une connexion rapide, même dans les endroits reculés non desservis par les compagnies locales.

On comprend donc pourquoi Starlink s’intéresse fortement à l’Afrique, un marché au potentiel gigantesque. Mais le prix pourrait être une barrière infranchissable pour nombre d’Africains : le coût de l’installation avoisine les 500 dollars (423 euros) et l’abonnement mensuel de 100 dollars s’avère, pour le moins, inatteignable pour la grande majorité de la population.

Finalement, la « bonne idée » d’Elon Musk, « l’homme le plus riche du monde » risque, encore une fois, d’accentuer la fracture numérique.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer